Les apprenants du 3ème cycle de l’ISTM/KIN  appelés à  la recherche approfondie sur les maladies récurrentes - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Les apprenants du 3ème cycle de l’ISTM/KIN  appelés à  la recherche approfondie sur les maladies récurrentes

Kinshasa,20 Mars 2017(ACP).- Le directeur général de l’Institut supérieur des techniques médicales Kinshasa(ISTM/KIN), le Pr François Mpona Minga, a appelé   les apprenants du 3ème cycle et  les étudiants de cette institution, à s’imprégner et à capitaliser les différentes thématiques développées au cours  des journées scientifiques tenues les 17 et 18 mars 2017,pour mener des recherches approfondies sur les maladies récurrentes.

Le directeur général de l’ISTM et des membres du comité de gestion et d’organisation de ces journées

Le  Pr Mpona qui a  présidé ces assises, a exhorté les  participants entre autre, les professionnels de la santé, de renforcer les mécanismes de prise en charge de maladies récurrentes  notamment, le paludisme, la fièvre typhoïde, le choléra, le cancer du sein.

Douze thématiques ont été abordées sur le thème central de ces journées, « santé et développement : quelles stratégies pour lutter contre les maladies récurrentes en RDC ».

Des malformations  parmi les effets des rayons x sur la grossesse

Le chef des travaux, Rémy Kanyinga Kazadi, a  dans son intervention, sur « la radioprotection de la femme enceinte : ce qu’il faut savoir », indiqué  que les malformations  et l’induction du cancer à long terme, sont parmi les effets des rayons x sur la grossesse.

 Il a relevé d’autres effets tératogènes d’irradiation au stade de la grossesse, des cellules différenciées et division rapide ainsi que  la radio sensibilité très élevée selon l’évolution de la grossesse dont les précautions doivent être prises par les femmes enceintes pour éviter le rayonnement ionisant.

Un autre intervenant, le Pr Léon  Okenge,  a relevé dans son exposé sur le thème « déterminants socio-économiques, culturels et environnementaux de la santé respiratoire chez les enfants de moins de cinq ans à Kinshasa », les facteurs présumés à risque de ces maladies notamment le tabac, les facteurs génétiques et environnementaux.

Il  a déploré ces problèmes de santé publique dont  la prévalence, la morbidité et la vulnérabilité sont élevés en RDC.

Le Dr Kanyonga Mwana, quant à lui,  s’est appesanti sur le thème « situation épidémiologique des pathologies récurrentes dans la ville province de Kinshasa », en relevant ces différentes maladies  dont l’environnement malsain est parmi les causes.

D’autres communications ont porté  notamment, sur « les soins palliatifs pédiatriques en RDC : défi ou opportunité ? », « le paludisme grave de l’enfant : profil des ménages, aspects épidémio-cliniques, et analyse des coûts de prise en charge  dans les hôpitaux de Kinshasa, de la RDC », « identification des espèces plasmodiales rencontrées à Kinshasa ».

L’objectif visé en organisant ces assises dont six grandes recommandations ont été prises,  était  de mettre en évidence l’importance de la multidisciplinarité de la recherche pour la promotion de la santé, de la recherche  et du partage d’expériences entre les chercheurs. ACP/Kayu/May

Recommended For You

About the Author: La redaction