Brexit: le Parlement britannique exige de Theresa May un plan B - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Brexit: le Parlement britannique exige de Theresa May un plan B

Kinshasa, 10 janv. 2018 (ACP).- Les députés britanniques ont infligé, mercredi,  un nouveau camouflet cuisant au gouvernement en adoptant un amendement qui oblige la Première ministre Theresa May à présenter un nouveau plan de sortie de l’Union européenne si le premier n’est pas accepté mardi prochain, a rapporté jeudi la Rfi.

Ces derniers affirment attendre l’adoption d’un amendement qui oblige le gouvernement à présenter sous trois jours  et non plus 21 comme prévu jusque-là un plan B sur le Brexit si le texte de retrait est rejeté mardi prochain.

Par ailleurs, les députés accusent Theresa May de poursuivre une stratégie du pourrissement. Ils en veulent pour preuve le report d’un mois du vote sur l’accord conclu avec l’UE.

Selon eux, la Première ministre essaie de perdre le plus de temps possible jusqu’au 29 mars, date théorique de sortie du pays de l’UE, afin d’obliger des députés sous pression à approuver son traité de retrait faute d’alternative autre qu’un Brexit sans accord qui serait, de l’avis général, dommageable pour la prospérité du pays.

Ils ont à nouveau montré qu’ils entendent bien reprendre les choses en main pour pousser à Theresa May de pouvoir adopter une autre tactique même si le Parlement fait preuve d’autorité.

Les parlementaires britanniques expliquent aussi qu’il n’existe aucun consensus sur une solution alternative, une sortie sans accord, un nouveau référendum, un modèle norvégien… Theresa May espère que cela puisse jouer en faveur de son plan actuel.

Il faut rappeler que des députés britanniques veulent à tout prix éviter un Brexit sans accord qui serait en effet une catastrophe pour l’économie britannique. Il sera très difficile au Premier ministre d’obtenir un vote favorable mardi prochain, mais l’amendement rédigé par l’ancien procureur général Dominic Grieve donne une échéance au Premier ministre si elle perd son vote mardi prochain.

Trois jours, c’est très court d’autant qu’il faudra qu’elle aille se rendre à Bruxelles pour obtenir une modification sur la question irlandaise, la question la plus délicate dans cet accord qui ne satisfait pas les députés. ACP/Zng/Mpk

 

 

Recommended For You

About the Author: La redaction

ACPnews

GRATUIT
VOIR