Controverse autour de trois contrats de concessions forestières annulées par le passé – Agence Congolaise de Presse (ACP)

Controverse autour de trois contrats de concessions forestières annulées par le passé

Kinshasa, 10 Mars 2018 (ACP).Les réseaux et ONG de la société civile environnementale se sont apposés à la réhabilitation des trois contrats de concessions forestières qui, pour des raisons d’illégalité avaient fait l’objet d’annulation par le passé.

Il s’agit des concessions conclus entre le ministère de l’Environnement et du développement durable et deux sociétés forestières. Les acteurs de la société civile environnementale ont fait savoir leur position, au cours d’une conférence de presse qu’ils ont animée vendredi à Kinshasa.

Ils ont à cette occasion, invité le gouvernement au respect de ses engagements pour la mise en œuvre de la stratégie-cadre nationale relative à la Réduction des émissions dues à la déforestation et à la réduction des forêts (REDD+), conçue comme un instrument programmatique multisectoriel et transversal des réformes stratégiques.

Ce document, soulignent les signataires de la déclaration, vise la stabilisation du couvert forestier, et d’une manière générale, une meilleure coordination des politiques sectorielles ayant une incidence sur les forêts.

Cette stratégie adoptée en conseil des ministres est en fait un instrument programmatique du gouvernement de la République, reconnaissent les réseaux et les ONG de la société civile environnementale.

Elle constitue le soubassement d’un accord international, car c’est par l’entremise du Ministère des Finances, que la RDC s’est engagée vis-à-vis de ses partenaires techniques et financiers habituels quant à la mise en œuvre du travail relative à la «Lettre d’intention entre le gouvernement de la RDC et l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (CAFI)» et aux financements CAFI devant se conformer aux  plans d’action et de gestion durable  des ressources forestières de la RDC.

Les acteurs de la société civile environnementale se disent frustrés suite à l’état de la situation qui a pris une autre tournure inquiétante, alors qu’ils ont concouru à la mise en place de cette stratégie et qu’ils continuent à travailler dans le cadre de sa mise en œuvre.

Ils estiment que les autorités du ministère de l’Environnement ont heurté aussi bien les dispositions du code forestier que le décret fixant les modalités de conversion des anciens titres forestiers en contrats de concessions forestières et ayant renforcé le moratoire en matière d’octroi des titre d’exploitation forestières.

Les ONG de la société civile environnementale ne mettent pas en cause le processus de révision du code forestier

Les ONG de la société civile précisent cependant qu’elles ne mettent pas en cause le processus de révision du code forestier initié par le ministère de l’Environnement et du développement durable dans le cadre du processus de révision du code forestier. Elles ont bien accueilli cette initiative et entendent y participer en vue de faire valoir leurs perceptions et préoccupations.

Elles déplorent cependant le fait que le ministère de tutelle n’a pas tenu compte du cadre global multi acteurs et multi sectoriel qui découle de la stratégie-cadre nationale de la REDD+ et de son plan d’investissement.

Elles estiment que les motivations et le contenu de ce travail devait être partagés auprès de toutes les parties concernées ayant un lien avec le secteur forestier. Les acteurs de la société civile appellent le ministre et ses services à collaborer avec les autres ministères et leurs administrations, en vue d’ancrer son projet de révision du Code forestier dans le Programme de gestion durable des forêts en cours de finalisation. ACP/BSG/JGD/Kji

 

Recommended For You

About the Author: La redaction

ACPnews

GRATUIT
VOIR