Cyril Ramaphosa panse les blessures subies par Winnie Mandela - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Cyril Ramaphosa panse les blessures subies par Winnie Mandela

Kinshasa, 15 Avril 2018 (ACP).- Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a reconnu la grandeur de la lutte anti-apartheid menée et remportée par Winnie Madikizela Mandela, au plus fort du risque de sa vie, pansant ainsi les blessures qu’elle a subies au lendemain de son divorce d’avec son époux Nelson Mandela, dans son oraison funèbre, samedi lors des obsèques de la « Mère de la nation », ont rapporté dimanche des médias officiels.

Pour le président de la nation «Arc-En- Ciel», les funérailles grandioses organisées en mémoire de cette héroïne est la consécration de sa lutte pour arracher la liberté de l’homme noir face à l’oppression du colonisateur blanc.

Il a demandé aux Sud Africains de garder de bons souvenirs à l’endroit de celle qu’ils appelaient affectueusement « Mama » avant d’ajouter : «Winnie Mandela demeure un grand modèle pour des générations actuelles et futures».

Pour sa part, la ministre de la Communication Nomvula Mokonyane a noté : « Beaucoup d’entre nous ont fait des choses bien, mais aussi des choses terribles pendant la lutte. Il ne faut jamais oublier le contexte », estimant que la militante était critiquée « parce qu’elle est une femme ».

S’agissant des funérailles proprement dites, des dizaines de milliers de personnes ont rendu samedi un dernier hommage à Winnie Madikizela-Mandela, porte-flambeau populaire mais controversé de la lutte contre l’apartheid, dans le township de Soweto.

C’est la conclusion des dix jours de deuil national. Celle qu’on surnommait aussi le « roc », « la Mère de la nation », la « libératrice » ou l' »héroïne », est décédée le 2 avril à 81 ans des suites d’une longue maladie.

Des personnalités du monde pour pleurer Winnie Mandela

Plusieurs dirigeants étrangers, dont les chefs d’État congolais Denis Sassou Nguesso et namibien Hage Geingob, avaient fait le déplacement en Afrique du Sud.

Jesse Jackson, militant emblématique des droits civiques aux États-Unis, et la top model britannique Naomi Campbell étaient aussi présents. Graça Machel, veuve de Nelson Mandela était également présente aux obsèques. Zenani Mandela-Dlamini a profité de son discours pour s’en prendre violemment à ceux qui ont « diabolisé » l’image de sa mère, elle qui a combattu et « triomphé » de « l’un des régimes les plus puissants et cruels du siècle dernier ».

La fin de la cérémonie a coïncidé avec le début d’un violent orage, interprété par la foule comme une bénédiction. Le cortège funéraire s’est ensuite dirigé vers le cimetière de Fourways, un quartier résidentiel de Johannesburg, où l’égérie était enterrée aux côtés d’une de ses petites-filles. ACP/Fng/YWM/JGD/Kji

 

 

Recommended For You

About the Author: La redaction