Les Etats membres de la CIRGL adoptent une approche régionale commune sur l’apatridie

Kinshasa, 28 Juin 2017 (ACP).- Les experts des Etats membres de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), réunis en atelier les 27 et 28 juin, ont adopté une approche régionale commune en vue de la ratification et de la mise en œuvre des conventions de l’ONU sur l’apatridie.

Ils ont souligné, dans une déclaration rendue publique mercredi à Kinshasa, non seulement la contribution de chaque Etat membre de la CIRGL à l’harmonisation des législations nationales, mais aussi le rôle de chacun dans l’élimination de l’apatridie dans la région des Grands Lacs, invitant les pays membres, avec le soutien du HCR, à réviser leurs législations sur la nationalité et à les rendre conformes aux conventions précitées.

Les Etats membres ont réaffirmé en outre leur engagement de mettre fin à l’apatridie d’ici 2024, d’éradiquer  toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, de réduire les risques d’apatridie par l’amélioration des systèmes d’enregistrement des faits d’état-civil et de garantir l’obtention de la preuve de leur nationalité à toutes les personnes ayant droit à la nationalité en vertu de la législation nationale.

Ils se sont engagés, par ailleurs, à concevoir et à mettre en œuvre des plans d’action nationaux de lutte contre l’apatridie, conformément au plan régional de la CIRGL et de la campagne mondiale «Belong» du HCR pour l’éradication de l’apatridie.

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et de l’intégration régionale, Léonard She Okitundu, a rassuré les participants à cet atelier de l’engagement de la RDC de mettre en œuvre les dispositions utiles des Conventions de l’ONU de  1954 et 1961, relatives au statut des apatrides, et de réduire les cas d’apatridie au pays.

Il s’est félicité, au nom du gouvernement, que cette problématique de la mise en œuvre des conventions de l’ONU dans la région des Grands Lacs ait été décortiquée minutieusement par les experts. L’atelier de Kinshasa a bénéficié de l’appui technique du gouvernement congolais, du secrétariat de la CIRGL et du Mécanisme national de suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, rappelle-t-on.ACP/YWM/Kayu/KGD

Share This Post