Hommages funéraires de la Cour constitutionnelle au juge Yvon Kalonda Kele - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Hommages funéraires de la Cour constitutionnelle au juge Yvon Kalonda Kele

Kinshasa, 20 avril 2018 (ACP).- La Cour constitutionnelle siégeant en audience solennelle vendredi dans la salle de spectacle du palais du peuple, sous la direction de Benoit Lwamba Bindu, son président, a rendu les derniers hommages au juge Yvon  Kalonda Kele, décédé le 8 avril 2018 à la clinique Ngaliema à Kinshasa de suite d’une maladie.

Trois orateurs se sont succédé pour rendre les hommages funéraires à l’illustre disparu à savoir, le président de la Cour constitutionnelle, le procureur général près cette cour et le bâtonnier national Matadiwamba Kamba Muntu. Ils ont tour à tour salué les 48 ans de « brillante carrière » du juge Yvon Kalonda dont les décisions rendues constituent un héritage qui ne sera jamais oublié dans les annales judiciaires.

Benoit Lwamba Bindu a indiqué que la carrière de ce haut magistrat a été « bien remplie à la mesure de son dévouement », ajoutant que le disparu désavouait les antivaleurs et prêchait la méritocratie qu’il considérait comme le seul critère pour le magistrat.

Le juge Yvon Kalonda, a conclu le président de la Cour Constitutionnelle, incarnait les vertus qui font l’honneur de la magistrature à travers la République Démocratique du Congo (RDC). Il a exhorté l’ensemble de la magistrature à suivre les traces de l’illustre disparu.

Né en 1940 et originaire de la province du Maniema, feu Kalonda a fait ses études primaires et secondaires dans l’ex-province du Katanga. Il a ensuite embrassé des études de droit privé et judiciaire (licence) à l’Ecole nationale de droit et d’administration (ENDA), avant de faire en 1970 son entrée au sein de la magistrature où il a gravi tous les échelons jusqu’au rang de président de la Cour suprême de justice.

Yvon Kalonda servira un moment au sein des cabinets politiques, notamment au ministère de la Justice où il exercera les fonctions de directeur de cabinet, avant d’être appelé en 2014 à la Cour constitutionnelle en qualité de juge.

Plusieurs membres du cabinet du Chef de l’Etat, du gouvernement, du Parlement et de la haute magistrature ainsi que du barreau ont pris part à cette cérémonie qui était suivie du dépôt des gerbes de fleurs. La mise en terre de l’auguste disparu aura lieu samedi à la nécropole Entre ciel et terre, dans la commune de la Nselé, à Kinshasa. ACP/Mat/Kgd

Recommended For You

About the Author: La redaction