Jérusalem: Le Président turc invite les leaders musulmans à Istanbul le 13 décembre prochain - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Jérusalem: Le Président turc invite les leaders musulmans à Istanbul le 13 décembre prochain

Kinshasa, 06 Déc. 2017 (ACP).- Le président turc Recep Tayyip Erdogan organise le 13 décembre prochain à Istanbul un sommet des dirigeants des principaux pays musulmans à la suite de la décision de l’administration américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, ont indiqué mercredi les agences internationales.

« Notre président de la République convoque un sommet extraordinaire de l’Organisation de coopération islamique (OCI) pour permettre aux pays musulmans d’agir de façon unifiée et coordonnée face à ces développements », a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence turque Ibrahim Kalin. Appelant l’administration américaine à revenir immédiatement sur sa grave erreur M. Kalin a déclaré : « Jérusalem est notre honneur, Jérusalem est notre cause commune.

Comme l’a dit notre président hier, Jérusalem est notre ligne rouge ». Par ailleurs, M. Erdogan s’est également entretenu au téléphone mercredi avec les chefs d’Etat ou de gouvernement de la Malaisie, de la Tunisie, de l’Iran, du Qatar, de l’Arabie saoudite, du Pakistan et de l’Indonésie.

Plus tôt, le porte-parole du gouvernement turc, Bekir Bozdag, avait averti que la reconnaissance attendue par Washington de Jérusalem comme capitale d’Israël risquait de précipiter la région dans « un incendie ».

D’après le porte parole du gouvernement turc, cette mesure, que le président américain Donald Trump devra annoncer avant la fin de cette semaine, est susceptible de précipiter la région et le monde dans un incendie dont personne ne sait quand il prendra fin. « Proclamer Jérusalem capitale d’Israël est une négation historique, une grande injustice, un grand manque de vision et une grande folie », a ajouté M. Bozdag.

M. Erdogan avait déjà affirmé mardi que le statut de Jérusalem était « une ligne rouge » pour les musulmans, évoquant même une possible rupture diplomatique avec Israël si Washington devait reconnaître la ville sainte comme capitale.

Cette question sera au centre d’entretiens que M. Erdogan devra avoir jeudi à Ankara avec le roi de Jordanie Abdallah II, dont le pays est le gardien des Lieux saints musulmans de Jérusalem. Israël considère la Ville sainte comme sa capitale « éternelle et réunifiée », mais les Palestiniens estiment que Jérusalem-Est doit être la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

La Turquie est la présidente en exercice de l’OCI, qui compte 57 membres La communauté internationale n’a jamais reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël ni l’annexion de sa partie orientale occupée en 1967. ACP/Fng/YWM/Kayu/JGD

Recommended For You

About the Author: La redaction