Le nouveau Cadre environnemental et social de la Banque Mondiale est une preuve d’ouverture à l’égard du gouvernement de la RDC – Agence Congolaise de Presse (ACP)

Le nouveau Cadre environnemental et social de la Banque Mondiale est une preuve d’ouverture à l’égard du gouvernement de la RDC

Kinshasa, 22 sept. 2018 (ACP).  Le nouveau Cadre environnemental et social de la Banque Mondiale (CES) est une preuve d’ouverture que cette institution financière internationale vient d’apporter pour accompagner le gouvernement de la RDC qui est appelé à faire sa demande,  a confié samedi à l’ACP, le président de l’ONG « Organisation congolaise des amis de la nature »  (OCEAN), Réné Ngongo.

Ce nouveau Cadre environnemental et social de la BM, a-t-il soutenu, est une opportunité à saisir  par l’Agence congolaise pour l’environnement (ACE), les ministères de l’Environnement et des Finances pour introduire des  projets d’investissement susceptibles de promouvoir le développement durable et respectueux de l’environnement  en fonction de ces nouvelles dispositions.

  1. Ngongo a invité l’agence congolaise pour l’environnement à assurer la mise en œuvre de ces normes et d’œuvrer pour la finalisation des mesures d’application de la loi sur l’environnement et la conservation de la nature et à faire le lien avec le code forestier et le volet environnemental de ce cadre.

Le président de l’ONG OCEAN, qui est également membre du Conseil économique et social de la RDC, a apprécié la pro activité de la Banque Mondiale qui s’est adapté aux nouvelles exigences de l’heure, face à plusieurs institutions qui sont en train de revoir leurs normes en fonction des réalités du moment.

D’ailleurs, a-t-il souligné, en RDC, ce  nouveau cadre coïncide avec des reformes en cours notamment la révision du code forestier, lequel doit s’adapter au nouveau contexte notamment le changement climatique. Après avoir mis en place une norme, a- t- il dit, celle-ci est ré visitable et aujourd’hui, le problème ne se pose pas au niveau des normes, mais de la mise en œuvre qui  fait défaut

« Nous voulons qu’au niveau des institutions compétentes on mette en œuvre ces outils en vue de renforcer l’arsenal juridique congolais », a fait savoir M. Ngongo qui a préconisé qu’un lien entre le code forestier et le volet environnemental soit établi en vue d’un développement de meilleure qualité et plus durable en faveur des communautés et des groupes vulnérables.

Selon la Banque Mondiale, le CES qui entrera en vigueur le 1er octobre prochain est le fruit des consultations les plus large jamais menées par elle avec près de quatre ans d’analyse et d’engagement dans le monde auprès des gouvernements, des experts en développement et des groupes de la société civile, touchant près de 8 000 acteurs dans 63 ans pays.

Ce nouveau cadre, note cette institution de Breton Wood, aide les emprunteurs avec leurs propres cadres environnementaux et sociaux à renforcer des systèmes nationaux reconnus comme un objectif central du développement dans les accords internationaux, approuvés par la Banque Mondiale et la plupart de ses actionnaires, tels que la Déclaration de Paris, le Programme d’action d’Accra et le Partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement.

ACP/Zng/Mpk

Recommended For You

About the Author: La redaction

ACPnews

GRATUIT
VOIR