Les enfants reporters font un constat amer sur l’application de la loi portant protection de l’enfant, 10 ans après son adoption - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Les enfants reporters font un constat amer sur l’application de la loi portant protection de l’enfant, 10 ans après son adoption

Kinshasa, 10 janv. 2019(ACP).- Des enfants reporters de la RDC ont fait jeudi un constat amer sur l’application de la loi portant protection de l’enfant dix ans après son adoption en janvier 2009. En marge de la Journée mondiale de l’enfance commémorée le 20 novembre 2018 en RDC sous le thème « Education et enfants en dehors de l’école », Mlles Belly Lusala, une jeune encadreuse et étudiante à l’Unversité protestante au Congo et Abigael Mwabe, enfant reporter et élève en 6ème littéraire au Collège Samuel Levi, ont déploré notamment le fait que plusieurs enfants en âge d’aller à l’école soient toujours en dehors de l’école (environ 800.000 chaque année), que beaucoup d’enfants souffrent de la malnutrition (environ 43%) et plusieurs autres encore vivent en dehors de leurs familles.

Ce constat amer des enfants reporters a été exprimé au cours d’un entretien entre ces enfants et une équipe des journalistes, membres du Réseau de journalistes amis de l’enfant (RJAE).

« Il est inadmissible que dix ans après l’adoption de la loi portant protection de l’enfant, des droits de l’enfant soient toujours baffouées et non respectés », ont regretté Mlles Belly et Abigael, dénonçant notamment la disposition de l’article 38 de cette loi sur la gratuité de l’école primaire.

Pour les enfants reporters, « il faut que l’école primaire soit totalement gratuite en RDC », l’éducation étant un grand facteur de développement et d’épanouissement ». « Ça fait mal qu’un grand pays comme la RDC avec autant de ressources, qu’on apprenne que dans la région du Kasaï, 50% d’enfants (1 enfant sur deux) souffrent de la malnutrition sans que des mesures adéquates soient prises pour garantir le droit de ces enfants à une bonne alimentation », ont encore regretté Belly et Abigael.

Pour défendre leurs droits jusqu’à obtenir l’application intégrale de la loi portant protection de l’enfant, ces enfants reporters préconisent de mener des plaidoyers auprès des décideurs à tous les niveaux.

Dans ces plaidoyers, ces enfants demandent la création des cantines communautaires pour donner la chance à plusieurs enfants d’avoir une alimentation équilibrée. Dans le domaine de la santé, ils préconisent la gratuité des soins médicaux à tous les enfants à l’instar de la gratuité de l’éducation. ACP/Zng/Mpk

Recommended For You

About the Author: La redaction

ACPnews

GRATUIT
VOIR