Les ingérences extérieures : non c’est non ! - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Les ingérences extérieures : non c’est non !

La dernière intervention du Président Joseph Kabila Kabange devant la tribune de la 73ème session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies a au moins le mérite de la clarté. Notamment sur les ingérences extérieures dans les affaires internes de la RDC.

Malgré ses 58 ans d’indépendance et son ancrage irréversible depuis une quinzaine d’années  dans une démocratie qui fait des envieux en Afrique, certains pays continuent sans raison avouable à s’arroger le droit de vouloir materner la RDC.

Après avoir tenté vainement l’année dernière à Genève d’impliquer, de manière cavalière, notre pays dans une réunion de mobilisation de fonds soit disant pour les besoins humanitaires surévalués en RDC, voilà que les mêmes puissances paternalistes auxquelles s’associent des organisations internationales qui auraient pu être plus regardantes, concoctent une autre réunion du genre aux Etats-Unis, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU.

Comme l’année dernière en Suisse, les autorités congolaises démocratiquement élues dont personne au monde ne met en doute la légitimité  n’ont été associées ni de près ni de loin à cette énième cabale sur la RDC.

La Majorité présidentielle n’est pas allée par quatre chemins pour dénoncer le plaidoyer indécent d’un certain pays européen auprès de quelques  voisins de la RDC pour tenter de les embrigader dans cette croisade nostalgique contre la souveraineté du Congo et la dignité de son peuple.

Tout se passe comme si certaines puissances de ce monde se trompent d’époque. En effet, si en 1885 à Berlin certains individus s’étaient permis de décider de l’avenir du Congo sans mandat et sans associer les Congolais,  il en va tout autrement aujourd’hui.

Le Nègre obéissant et prêt à courber l’échine du début du 19ème siècle n’existe plus au Congo de Mzee Kabila, de Lumumba et de Simon Kimbangu où Joseph Kabila est en train de décoloniser l’histoire de la RDC et son peuple.

Aux Nations Unies, Joseph Kabila a, une fois de plus, exigé haut et fort que l’on laisse le Congo aux Congolais.

Les ingérences extérieures dans les affaires congolaises, ça suffit. Non c’est non !

ACP/

Recommended For You

About the Author: La redaction

ACPnews

GRATUIT
VOIR