Pour l’établissement d’un système de gestion solide des entreprises minières – Agence Congolaise de Presse (ACP)

Pour l’établissement d’un système de gestion solide des entreprises minières

Kinshasa, 19 Janv.2018 (ACP).- Le coordonnateur du mécanisme national de la CIRGL/RDC, KakeseVinalu a invité vendredi à Kinshasa les responsables d’entreprises minières à établir des systèmes solides de gestion de leur société en RDC, selon le guide de l’organisation de coopération et de développement économique.

M. Kakese, qui a fait cette déclaration au cours d’un entretien avec l’ACP, a souligné qu’il faut adopter une politique relative à la chaine d’approvisionnement en minerais provenant des zones de conflits ou à haut risque et s’engager à la respecter.

 

Il a indiqué que cette politique doit comporter un engagement énonçant des principes communs relatifs à l’extraction, au transport, au traitement, au commerce, à la transformation, à la fusion, à l’affinage, à l’alliage et à l’exportation des minerais.

 Cet engagement doit respecter les normes définies dans le modèle de politique pour une chaîne d’approvisionnement globale responsable. Un processus de gestion clair et cohérent permettant de s’assurer que les risques sont correctement gérés.

 

Il a signalé que les entreprises de la chaîne devraient, notamment, assigner à des responsables de haut rang, l’autorité et la responsabilité de contrôler le processus de diligence appliqué à la chaîne d’approvisionnement, d’assurer la disponibilité des ressources nécessaires au fonctionnement et à la surveillance dudit processus et de mettre en place une structure d’organisation et des méthodes de communications conçues de manière à transmettre les informations essentielles.

Quelques recommandations spécifiques

Le coordonnateur de la CIRGL/RDC, a fait savoir que les entreprises minières doivent  fournir les informations suivantes aux acheteurs immédiats, en aval, qui les répercuteront ensuite jusqu’en bas de la chaîne d’approvisionnement, et à tout dispositif institutionnalisé mis en place au niveau régional ou mondial dans le but de rassembler et de traiter des informations sur les minerais en provenance de zones de conflits ou à haut risque :

Toutes les taxes, droits et redevances versés à l’État aux fins de l’extraction, du commerce, du transport et de l’exportation des minerais; toute autre somme versée à des représentants de l’État aux fins de l’extraction, du commerce, du transport et de l’exportation de minerais.

Toute taxe ou toute autre somme versée à des forces de sécurité publiques ou privées ou autres groupes armés en tout point de la chaîne d’approvisionnement à partir de l’extraction; la structure de propriété et d’organisation de l’exportateur, y compris les noms des dirigeants et des administrateurs de l’entreprise; les liens de l’entreprise et de ses dirigeants avec les milieux d’affaires, l’administration, les milieux politiques ou l’armée, devront être également fournis.

 M. Kakese a exhorté, enfin, les entreprises minières à indiquer l’origine des minerais, les quantités, les dates et méthodes d’extraction; les lieux où les minerais sont groupés, échangés, transformés ou affinés; l’identité de tous les intermédiaires, groupeurs ou autres acteurs situés en amont dans la chaîne d’approvisionnement et les itinéraires de transport. ACP/YHM/Mat/May

Recommended For You

About the Author: La redaction

ACPnews

GRATUIT
VOIR