L’ONU s’alarme de  la situation des droits de l’Homme des migrants au Niger - Agence Congolaise de Presse (ACP)

L’ONU s’alarme de  la situation des droits de l’Homme des migrants au Niger

Kinshasa, 09 oct.2018 (ACP).- Le rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’Homme des Migrants M. Felipe Gonzalez Morales, en fin  de visite de travail au Niger, s’est plaint, dans une conférence de presse, de la situation des migrants au Niger, conformément  à l’application de  la loi 2015 relative à la migration qui a  pour but  de poursuivre les passeurs  et trafiquants des migrants, ont rapporté mardi les médias locaux. M。Morales a remercié le Niger pour son ouverture et sa solidarité en accueillant des migrants et des expulsés en dépit de ses moyens limités. M.Felipe Gonzalez Morales a expliqué que l’application de cette loi a eu des conséquences importantes sur des migrants qui se sont retrouvés pris au piège dans cette procédure et  qui pour échapper aux contrôles de la  police  empruntent d’autres voies très risquées et  se soldant parfois par de pertes  en vies humaines.

Le rapporteur spécial de l’Onu, a affirmé qu’au-delà d’Agadez les organisations de droits de l’homme et les organisations de la société civile ont du mal à procéder à un suivi complet des migrants, ce qui ne facilite pas d’avoir des chiffres précis de  cas de violation de droits de l’homme. Le second point évoqué au cours de la rencontre avec la presse est relatif aux rapatriements collectifs des migrants depuis 2014 à partir de l’Algérie vers le Niger. Sur ce point M. Felipe Gonzales Morales explique  qu’il y a violation de droit de l’homme à l’encontre des migrants, car selon lui, aucune procédure n’a été prise au préalable.

M.Felipe Gonzalez Morales s’est inquiété que toutes les institutions et organisations internationales mettent beaucoup plus d’accent sur l’aspect sécuritaire et les a interpellé, par ailleurs,   à  faire  en sorte que la composante des droits de l’homme soit une partie essentielle des différents projets à entreprendre. A l’issue de cette visite, un rapport final a été rédigé à partir duquel un certain nombre de recommandations ont été formulées à l’endroit du gouvernement du Niger  qui sont entre autres,  de clarifier le clos relatif aux trafics illicites des migrants et que la loi soit en respect  avec les normes internationales des droits de l’homme; d’adopter une politique migratoire globale  qui prendrait  en  ligne de compte les enfants, les genres et qui répondent à toutes les exigences  des droits de l’homme ; de faire transparence de toutes ses politiques, ses accords concernant la migration et qu’il facilite  le  suivi indépendant de l’application des ses lois

 A l’endroit du gouvernement Algérien, le rapport recommande  de cesser  immédiatement les expulsions collectives des migrants vers le Niger et  arrête les intimidations, le harcèlement et le mauvais traitement basé sur la discrimination raciale  et qu’il s’assure que ces personnes aient un accès à la justice et bénéficient des réparations relatives à la violation des droits humains. Le rapport a aussi demandé la libération des migrants illégalement détenus dans des centres de détention en Libye.

Après la présentation du rapport final une séance de questions-réponses a eu lieu, au cours de laquelle le rapporteur spécial de l’Onu a donné plus d’éclaircissements  sur la situation des migrants qui séjournent  au Niger et a plaidé auprès des bailleurs de fond pour  une aide plus consistante  dans ce pays afin de  lui permettre de mieux aborder la question de droits de l’homme des migrants. ACP/Kayu/KGD

Recommended For You

About the Author: La redaction

ACPnews

GRATUIT
VOIR