L’Os d’Ishango au cœur d’une conférence-débat à Kinshasa - Agence Congolaise de Presse (ACP)

L’Os d’Ishango au cœur d’une conférence-débat à Kinshasa

Kinshasa, 11/07 (ACP).- L’Os ou le Bâton d’Ishango a été au cœur d’une conférence-débat organisée samedi à l’hôtel Memling, dans la commune de la Gombe à Kinshasa, par le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’initiation à la nouvelle citoyenneté (EPS-INC) et l’ASBL «Investing in People» sur le thème : «Et si les mathématiques étaient nées il y a 20.000 ans en République Démocratique du Congo».

Cette conférence-débat organisée en présence du ministre de l’EPS-INC et d’autres membres du gouvernement a connu les interventions du Pr Bakwalufu Paul, archéologue, et Mme Raïssa Malu, directrice générale de l’ASBL «Investing in People». Elle avait pour objectif, d’une part, de «faire connaitre l’Os ou le Bâton d’Ishango au public congolais pour son appropriation scientifique et culturelle en vue de son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO et, d’autre part, promouvoir l’utilisation de l’héritage scientifique et culturel de  nos sociétés traditionnelles pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement».

Intervenant sur le thème «Et si les mathématiques étaient nées il y a 20.000 ans en République Démocratique du Congo», Mme Raïssa Malu a indiqué que le Bâton ou l’Os d’Ishango et le plus ancien objet mathématique découvert en 1950 en République démocratique du Congo.

Selon la directrice générale de l’ASBL «Investing in People», l’Os ou le Bâton d’Ishango actuellement exposé dans un musée en Belgique, bénéficie de plus en plus d’une reconnaissance mondiale. «Nous voulons avec cette conférence donner l’occasion au public de découvrir l’objet mathématique et la civilisation qui l’a produit et plaider pour une plus grande utilisation du patrimoine culturel et scientifique congolais (comme l’art Tshokwe) dans l’enseignement», a souligné Mme Raïssa Malu.

Elle a relevé les implications dans l’histoire des mathématiques de la découverte du Bâton d’Ishango avant de présenter d’autres preuves mathématiques présentes dans les cultures traditionnelles congolaises, notamment dans l’art Tshokwe, avant de plaider pour leur utilisation dans l’enseignement des mathématiques en RDC. Elle a noté que l’Afrique sub-saharienne reste l’origine des mathématiques et que pour le moment, il n’y a pas de preuves contraires.

De son côté, le Pr Bawalufu qui a planché sur « L’Os d’Ishango : sa découverte et son environnement préhistorique », a indiqué que Ishango est un petit village situé au bord du lac anciennement appelé « Rutanzige » et connu sous le nom de lac Edouard dans la province du Nord-Kivu. Selon l’archéologue Pr Bakwalufu, depuis plus de 90.000 ans, «les hommes d’Ishango avaient maitrisé l’industrie de l’os». Pour lui, le Bâton ou l’Os d’Ishango est une «véritable star de la culture et de la science».

Maker Mwangu appelle les élèves congolais à être fiers de leurs aïeux

En réponse aux préoccupations des participants, particulièrement des élèves, le ministre de l’EPS-INC, Maker Mwangu, a appelé ces derniers d’être fiers de leurs aïeux qui faisaient déjà des mathématiques et exhorté les chefs d’établissement scolaire à amener les élèves visiter les musées nationaux.

Le ministre a aussi indiqué que son ministère s’emploie actuellement à améliorer l’enseignement des mathématiques et de la science dans les écoles de la République Démocratique du Congo. Il a encouragé les parents à accepter d’envoyer leurs enfants étudier en langues nationales. ACP/Kayu/JGD

Recommended For You

About the Author: Support

ACPnews

GRATUIT
VOIR