Madagascar : mise en place d’un Conseil de réconciliation nationale - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Madagascar : mise en place d’un Conseil de réconciliation nationale

Kinshasa, 27 Août 2017 (ACP).- Un Conseil de réconciliation nationale composé  33 membres,  dont onze choisis par le président de la République,  a été mis en place vendredi à Madagascar, six ans après la feuille de route de sortie de crise qui prévoyait  cette structure, a rapporté dimanche l’AFP.

Ce Conseil a été nommé par le Comité de sélection nationale  pour une durée de  cinq ans. En plus de  onze membres présentés par le Président, vingt-deux ont été nommés par le Comité de sélection nationale. La sélection s’est opérée après des auditions publiques et des enquêtes de moralité. Plusieurs bords politiques sont représentés ainsi que des acteurs de la société civile.

Parmi les personnalités connues, figurent plusieurs ministres et Premiers ministres des différents régimes tels que Charles Rabemananjara, Premier ministre sous Ravalomanana et Eugène Mangalaza, chef de gouvernement, sous Rajoelina. D’autres membres du Conseil de réconciliation sont journalistes, universitaires, ou encore artistes.

Selon la feuille de route de sortie de crise, signée en 2011, la mise en place de ce Conseil demandée par la population malgache et la communauté internationale, a pour but de « guérir les blessures individuelles et collectives du passé et établir de saines fondations pour l’avenir » de Madagascar.

Les membres du Comité se pencheront sur les demandes de réparation des préjudices causés par les crises politiques depuis 2002. Ils statueront également sur le sort des personnalités militaires et politiques impliquées dans ces différentes crises, comme le Colonel Charles qui a participé au coup d’Etat de 2009 avec Andry Rajoelina, avant d’essayer de le renverser en 2010.

Marc Ravalomanana suivra également les décisions de ce Conseil avec attention. En effet, la condamnation à perpétuité de l’ancien président de la République pour la mort d’une trentaine de manifestants, en 2009, devra être levée, s’il souhaite se représenter au poste suprême, l’année prochaine. ACP/Mat/Kgd

Recommended For You

About the Author: La redaction