Le Parlement des femmes fortes avec Dieu engagé à accompagner la CENI - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Le Parlement des femmes fortes avec Dieu engagé à accompagner la CENI

Kinshasa, 17 Avril (ACP).- Le Parlement des femmes fortes avec Dieu (PFFD) s’engage à accompagner la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dans la campagne de sensibilisation de la population kinoise à l’importance de la machine à voter dans le cadre du processus électoral en RDC, a  déclaré Bishop Josée Rashidi, sa coordonnatrice  nationale,  au cours d’un point de presse tenu  mardi à Kinshasa.

Bishop Josée Rashidi, qui s’exprimait à l’issue de l’ouverture de la 1ère plénière de la session des « Femmes fortes avec Dieu » regroupant les déléguées de 26 provinces de la RDC, a indiqué que cette campagne  qui se déroulera du 23 au 30 avril prochain, va expliquer à la population le fonctionnement  et le bien-fondé de cet outil qui continue à faire couler beaucoup d’encre au sein de la classe politique et de la société congolaise.

Selon elle, une frange de la classe politique accuse la CENI de recourir à cette machine pour favoriser le pouvoir en place en vue de gagner les élections pendant qu’une autre estime que le recours à cet outil permet de réduire le coût des élections.

Pour la coordonnatrice nationale du PFD, cette campagne d’une semaine qui se tiendra sur les sites du boulevard Triomphal et de la place de la Gare centrale, permettra à la population kinoise de venir palper du doigt cet outil afin d’émettre un jugement responsable sur son utilisation.

 Les FFD pour l’application de la Loi sur la parité

Les Femmes fortes avec Dieu (FFD) sollicitent auprès du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, l’application  de la Loi portant modalités d’application des droits de la femme et de la parité telle que promulguée afin de leur  permettre d’accéder aux instances de prise des décisions.

Dans un mémorandum adressé au Président de la République et lu par le rapporteur, Doudou Nsimba Ngoloba, elles ont demandé que la RDC puisse, dans la pratique, faire confiance aux capacités de la femme congolaise,  à l’instar d’autres pays au monde, comme en Allemagne avec Angela Merkel, et  en Grande Bretagne avec Theresa May  ainsi qu’aux institutions internationales comme le FMI avec Christine Lagarde.

Pour cette structure, il n’y aura jamais de développement dans le pays sans la participation active et incontournable de la femme qui est une actrice principale de développement dans tous les domaines.

Elle a fait remarquer que tous les postes clés au niveau des institutions centrales, provinciales et des entreprises publiques sont occupés par des hommes, déplorant, par ailleurs, les  nominations opérées au niveau de la Cour Constitutionnelle où la femme n’a pas été représentée.

« Tout Congolais a le devoir de respecter et de traiter ses concitoyens sans discrimination aucune et d’entretenir  avec eux des relations qui permettent de sauvegarder, de promouvoir et de renforcer l’unité nationale, le respect et la tolérance réciproque. Il a aussi, le devoir de préserver et de renforcer la solidarité nationale singulièrement lorsque celle-ci est menacée », a dit Mme Nsimba.

Selon les FFD, cette démarche est motivée par le fait que les élections approchent et que les femmes congolaises sont pauvres et dépourvues des moyens financiers pour y participer, alors que leur souci est de contribuer à l’avancement du pays. ACP/Fng/Ywm/May

 

Recommended For You

About the Author: La redaction