Assemblée Nationale : ouverture de la session ordinaire de Mars 2017

Kinshasa, 15 Mars 2017 (ACP).- Le président de l’Assemblée nationale, M. Aubin Minaku a ouvert mercredi la session ordinaire de mars 2017 sur fonds d’un contexte particulier sur le plan sécuritaire, politique et même international comme par le passé.

Il a illustré ses propos par des exemples précis, citant notamment la rébellion du M23, les concertations nationales, les travaux de la Cité de l’Union africaine, l’insurrection de Kamwena Nsapu dans le Kasaï, les négociations directes sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).

M. Aubin Minaku a indiqué que la session en cours se déroule dans un contexte tout autant singulier marqué par la poursuite des négociations en vue de la conclusion de l’arrangement particulier nécessaire à la mise en œuvre de l’accord politique globale et inclusif signé le 31 décembre 2016 en perspective de la tenue prochaine des élections, a-t-il souligné.

Cette session de mars sera également marquée par l’avènement d’un gouvernement avant son investiture éventuelle par la Chambre basse du Parlement, a fait savoir le président l’Assemblée nationale, en précisant que celle-ci est vouée aux enjeux électoraux essentiellement.

Aubin Minaku a saisi cette occasion pour dresser le bilan de la législature en cours en rappelant qu’au cours de ce mandat son institution a adopté 140 lois qui s’inscrivent dans la vision des réformes accompagnant la révolution de la modernité telle que portée par le Président de la République, Joseph Kabila Kabange.

C’est dans ce cadre qu’il a reconnu l’évolution positive enregistrée par son institution en soulignant particulièrement que dans ses prérogatives de contrôle parlementaire, plusieurs initiatives ont été enregistrées par l’Assemblée nationale.

Ainsi, de 2006 à 2009, 29 initiatives de contrôle parlementaire ont été programmées en plénière, de 2009 à 2011, 36 initiatives ont été clôturées et de 2012 à ce jour 351 initiatives ont été traitées sur une base totale de 904 enregistrées par son bureau.

Abordant la question liée au processus électoral en cours, le président Aubin Minaku a salué les efforts consentis par la CENI, d’être parvenue sans appui extérieur à enrôler plus de 20.000.000 d’électeurs sur une projection de plus ou moins 40 à 45.000.000.

C’est ainsi qu’il a invité le gouvernement à déposer en l’état le projet de lois liés aux élections au plus tard le 10 avril 2017, hormis celui relatif à la détermination du quota des circonscriptions électorales tributaire de la clôture de l’enrôlement sur l’étendue du pays.

Bien avant cela le gouvernement est également appelé à déposer en toute urgence le projet de lois organiques en vue de l’institutionnalisation du Conseil national de suivi de l’accord du 31 décembre 2016, a encore recommandé le président de l’Assemblée nationale.

Il a, en outre, rappelé que la session ordinaire de mars 2017 intervient au moment où la situation financière du pays demeure très préoccupante et le ralentissement de l’activité économique au cours de l’exercice 2016 explique, selon lui, le niveau du taux de croissance qui est passé successivement de 5,7% de prévision à 4,3 après le mois de juillet et à 2,4% au 31 décembre 2016. Fort de ce constat décevant, il revient désormais à chacun d’œuvrer pour sortir le pays du tunnel, a-t-il insisté.

C’est dans ce contexte qu’il a appelé les acteurs politiques et ceux de la société civile à réfléchir sur ce qu’ils peuvent donner pour que la RDC caresse le rêve d’un pays plein d’espérance, avant d’inviter la CENCO à diligenter la reprise des négociations directes entre les composantes en vue de la signature de l’arrangement particulier dans l’intérêt de la population congolaise. ACP/Zng/JGD

Share This Post