Plus de 70 millions de personnes en RDC n’utilisent pas de toilettes améliorées - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Plus de 70 millions de personnes en RDC n’utilisent pas de toilettes améliorées

Kinshasa, 16 Novembre 2018 (ACP).- Plus de 70 millions de personnes en RDC n’utilisent pas de toilettes améliorées, et près de 9 millions de personnes (soit 10% de la population) n’ont pas encore éradiqué l’habitude de  la défécation à l’air libre, a indiqué vendredi à Kinshasa le point focal national communication du Programme national Village Assaini, Jean Jacques Diabanza, lors d’un briefing des professionnels des médias,  en prévision de la journée mondiale des toilettes, célébrée le 19  novembre de chaque année.

Il a tiré ces chiffres  de données de la dernière Enquête Démographique et de Santé (EDS) menée en RDC.

Placer sous le thème international « La  nature nous appelle », cette journée a comme objectif de sensibiliser le public au rôle crucial que des toilettes pour les populations et d’encourager ainsi les actions ciblées pour relever le défi de la crise mondiale d’assainissement. Cette journée s’inscrit dans l’idée que tout le monde est appelé à transformer l’environnement en un égout à ciel ouvert. D’où faut-il des solutions fondées  sur la  nature pour régler la crise mondiale de l’assainissement.

Le thème national de cette journée en RDC est « Stop à la défécation à l’air libre »,  pour sensibiliser les populations à la réalité de la défécation à l’air libre et à ses conséquences.

En effet, la pénurie des toilette pose d’autant plus de problèmes que le pays connait une recrudescence du choléra, une maladie liée au manque d’eau, d’hygiène et d’assainissement avec 44071 cas suspects en 2017,  887 décès et 21247 cas suspects en septembre 2018 avec 745 décès selon l’OMS.

Conséquences de la défécation à l’air libre (DAL)

2.000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour du fait de maladies diarrhéiques, conséquences directes du manque d’accès aux toilettes.  1 femme sur 3 dans le monde s’expose aux maladies, à la honte à cause du manque de sanitaires et des maladies qui en découlent. Ce sont ces conséquences qui ont motivé l’OMS à célébrer cette journée mondiale des toilettes pour exploiter les solutions qui existent à partir d’une prise de  conscience et de la fin du tabou autour des questions liées aux toilettes.

Selon l’ONU, les excréments de chacun doivent  notamment être enfermés et déposer dans une toilette et stocker dans une fosse ou une cuve hermétique. Ils doivent aussi être transportés en vue de leur traitement. Les toilettes sont des lieux d’aisance qui doivent être propres et bien utilisés. ACP/Kayu/DNM/Wet

Recommended For You

About the Author: La redaction

ACPnews

GRATUIT
VOIR