Poursuite de la comparution du prévenu Jean-Jacques Bakajika  Mulenda au procès Kamwina Nsapu – Agence Congolaise de Presse (ACP)

Poursuite de la comparution du prévenu Jean-Jacques Bakajika  Mulenda au procès Kamwina Nsapu

Kinshasa, 26 avril 2018 (ACP)-Le Tribunal militaire de garnison de la Gombe a poursuivi,  jeudi, la comparution du prévenu Jean-Jacques Bakajika Mulenda sur sa  participation aux attaques du commissariat urbain de la Funa, de la maison communale de Kalamu et de la prison de Makala, ayant endeuillé la ville de Kinshasa en 2017.

Cette comparution s’est déroulée,  à l’audience foraine tenue à la prison militaire de Ndolo, sous la direction de son président, le major Tumuna Tshini Tchang, dans l’affaire ministère public contre la bande terroriste Kamwina Nsapu, accusée de participation à un mouvement insurrectionnel, association des malfaiteurs, assassinat, meurtre, coups et blessures aggravés, coups et blessures simples, évasion des détenus et outrage à sentinelle.

Le lieutenant-colonel Alpha Limbaya, officier du ministère public,  a soutenu que les procès-verbaux du dossier renseignent que le prévenu Jean-Jacques Bakajika  était arrivé à Tshikapa le 02 janvier 2017 en provenance du village et avait reçu  mission de la part de son cousin Ali Mputu de recruter cinq assaillants en vue d’accroitre les rangs de Kamwina Nsapu à Kinshasa. Il a, par ailleurs,  ajouté que le même prévenu avait parlé du rôle qu’il avait joué dans les attaques du commissariat urbain de la Funa, de la maison communale de Kalamu et de la prison de Makala.  Ben Tshimanga, Ali Mputu et Ferdinand Bakenga avaient confirmé la participation du prévenu Bakajika  aux réunions préparatoires et aux attaques du commissariat urbain de la Funa et de la prison de Makala.

Me Mpasi Mazowa, avocat de la partie civile République Démocratique du Congo,  a indiqué  que le prévenu Bakajika  avait agi  sur instruction de  ses cousins Ali Mputu et Ferdinand Bakenga, féticheurs  et précurseurs de la bande à Kinshasa qui lui avaient envoyé une somme de 100.000 FC (environ 65 USD).

Le prévenu a rejeté les faits mis à sa charge au motif qu’il  est arrivé à Kinshasa à la suite de l’insécurité  due à la mort de son frère au  village. La défense a, quant à elle,  fait observer au tribunal que la déclaration de Mputu faisant état de l’envoi de  100.000 FC à son client est un montage d’autant plus que Bakajika  avait déclaré avoir quitté son village pour Tshikapa à la suite de l’insécurité au Grand Kasaï. Le tribunal a ensuite entamé l’instruction du prévenu Roger Kudiakuila, creuseur de minerais,  sur les mêmes faits. La prochaine audience est fixée à la huitaine.  ACP/FNG/YHM/Kgd

Recommended For You

About the Author: La redaction

ACPnews

GRATUIT
VOIR