RDC parmi les pays concernés dans l’étude sur l’exploitation minière - Agence Congolaise de Presse (ACP)

RDC parmi les pays concernés dans l’étude sur l’exploitation minière

Kinshasa, 10 Nov. 2017 (ACP).- La République démocratique du Congo figure parmi les quatre pays de la sous-région concernés dans l’étude réalisée par le Bureau Régional du Fonds Mondial pour la Nature (WWF) pour l’Afrique centrale sur l’exploitation minière et la conservation  de la biodiversité dans le Bassin du  Congo, indique un communiqué parvenu vendredi à l’ACP.

Cette étude rendue public par cette organisation internationale de conservation de la nature a  été menée outre la RDC, au Cameroun, Gabon et République du Congo. Elle fait ressortir les liens entre l’exploitation minière et  la biodiversité dans le Bassin du Congo, analyse la situation actuelle et formule des  recommandations sur le secteur minier dans  les forêts du Bassin du Congo afin d’éviter que le développement du secteur minier ne  mette en péril les habitats forestiers, la biodiversité et  les écosystèmes.

Il s’agit aussi pour  WWF  de protéger  les  communautés  qui dépendent largement des ressources forestières. Le communiqué note que les  différentes  thématiques  (huile  de  palme  durable,  lutte  contre  le  braconnage,  gestion  des  zones  protégées,  gouvernance  et  responsabilités    des  marchés,  etc.)  sur  lesquelles  le  WWF  travaille  dans  le  Bassin  du  Congo  représentent  une  opportunité  pour  construire  des  modèles  innovants  avec  les  différentes  parties  prenantes.

Le  WWF  est  persuadé  qu’une  partie  importante  des  services  environnementaux  de  la  zone  forestière  pourrait  être  maintenue si les outils de guidage appropriés étaient fournis  aux décideurs. Bien  que  l’exploitation  minière  contribue  de  manière  significative  au  développement  économique  dans  la  sous- région, un certain nombre de facteurs dont notamment  l’absence  de  cadre  politique  solide,  de  non-conformité  et  la faible ou le manque d’application  des  normes  environnementales,  pourraient  conduire  à un impact négatif un  développement  non  durable,  assorti de confits liés à l’utilisation des terres, à des impacts  environnementaux néfastes, une perte de la biodiversité, aux  changements des paysages et à des avantages inappropriés  pour les communautés locales.

Cette étude  fournit  des  données  précises  et  des  outils  aux  parties  prenantes  et  décideurs  qui  ont  besoin  d’informations  appropriées  sur  les  zones  minières  et  forestières  dans  le  Bassin du Congo et fournit des propositions concrètes pour limiter les risques de l’exploitation minière sur la biodiversité.

Dans  sa nouvelle approche globale, le WWF  a  décidé  d’orienter  ses  efforts  mondiaux  et  locaux  sur  six  objectifs (l’eau douce; les espaces marins;  la forêt; la faune  sauvage; l’agriculture; le climat et énergie) et trois thématiques  transversales  :  la  gouvernance,  les  marchés  et  les  finances  internationales. Plus que tout autre secteur, le secteur minier  est celui pour lequel ces trois thématiques transversales sont  les  plus  indiquées  pour  apporter  le  changement  dont  nos  sociétés  ont  besoin,  sur  base  d’une  croissance  durable  et  inclusive.

Pour Marc Languy, Directeur du WWF pour l’Afrique centrale : « cette étude est un outil important pour tous les  acteurs  présents  dans  le  domaine  de  l’environnement  dans  le  Bassin  du  Congo. Le WWF invite donc à analyser ses conclusions et à le rejoindre dans la promotion de la conservation des services rendus de la biodiversité et des écosystèmes dans le Bassin du Congo ». ACP/Kayu

Recommended For You

About the Author: La redaction