Sensibilisation des universités à l’intégration du cours de droit de la protection de l’enfant - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Sensibilisation des universités à l’intégration du cours de droit de la protection de l’enfant

Kinshasa, 21 Avril 2017 (ACP).- Les universités congolaises organisant les facultés de droit, ont été sensibilisées vendredi, à l’Université catholique du Congo (UCC), à la nécessité de l’intégration du cours de droit de la protection de l’enfant dans leurs programmes, lors d’une journée «portes ouvertes» sur cette matière, organisée par la Commission permanente des études (CPE) en collaboration avec l’UNICEF.

Le ministre sortant de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Steve Mbikayi qui a présidé cette activité, a indiqué que ce cours dont l’arrêté  ministériel a été pris en  septembre 2016, devra «doter les futurs juristes sortis des universités congolaises d’une formation solide en droit de la protection de l’enfant».

Il s’agit également dans ce contexte d’application de la loi portant protection de l’enfant promulguée en 2009 par le Président de la République, a-t-il dit, de pourvoir la magistrature, les tribunaux pour enfants en particulier et les barreaux d’une élite spécialisée en cette matière. Steve Mbikayi a salué l’UNICEF pour son appui à son ministère dans l’application de cette loi avant d’appeler les universités d’approfondir la recherche dans ce domaine.

Le secrétaire permanent de la CPE, le Pr Tingu Yaba, a rappelé quelques activités réalisées dans le cadre de ce programme, notamment l’Etat des lieux de l’enseignement de la protection de l’enfant dans les facultés de droit des universités congolaises, les enquêtes de terrain dans les universités, les structures de la justice et de protection sociale des enfants ainsi que l’atelier de validation des matières  relatives à la protection de l’enfant à intégrer dans les curricula des facultés de droit de la RDC, tenu du 28 au 30 avril 2016.

Le représentant de l’UNICEF, Innocent Bugandwa, a apprécié l’ESU pour avoir inscrit cette matière de droit de protection de l’enfant dans le programme des cours ainsi que la visite de terrain effectuée par plus de 250 étudiants  dans les tribunaux pour enfants et les structures  d’encadrement et d’hébergement de ces derniers.

Le représentant de recteur de l’UCC, le Pr Jean Onaotsho, a aussi salué l’organisation de cette journée qui revêt une importance capitale dans la mesure où le droit de l’enfant est bafoué à cause des conflits socio-politiques qui déchirent le pays.

Cette journée a été également marquée par la présentation d’un procès fictif par l’Association de «Cassation-Toges noires» de la faculté de droit de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) et la restitution des travaux de visite de terrain effectuée par 250 étudiants  des facultés de droit de Kinshasa sélectionnés par la CPE.

De la vulgarisation du droit par le théâtre

Par ailleurs, la doyenne de cette faculté de droit de l’UNIKIN, le Pr Marie-Thérèse Kenge Ngoma, a félicité les étudiants de sa faculté à travers la troupe de «Cassation-Toges noires» qui, à travers ses prestations, vulgarise le droit, permettant à certaines personnes particulièrement des étudiants de comprendre le droit à travers de tels procès fictifs.

Elle a aussi envisagé de voir dans les programmes des cours dans les facultés de droit de la RDC l’intégration de la filière de «droit de la protection de l’enfant», qui constitue, selon elle, une avancée dans l’application de ladite loi.

Quatre exposés ont été présentés au cours de cette journée à savoir : «la justice pour enfants en RDC», «les lacunes législatives et les obstacles à la mise en œuvre de la loi portant protection de l’enfant», «Etat des lieux des structures d’encadrement des enfants en conflit avec la loi» et «l’apport de l’université dans l’amélioration de la loi portant protection de l’enfant et sa mise en œuvre». ACP/FNG/Kayu/KGD

Recommended For You

About the Author: La redaction