Sortie officielle du forum des femmes dans la gouvernance des ressources naturelles

 

Kinshasa, 11 mai 2017 ( ACP).- Open society  initiative africain (OSISA) a lancé mardi à Kinshasa, la sortie officielle du forum des femmes dans la gouvernance des ressources naturelles (FFGRN) visant notamment à sensibiliser et à impliquer plus les femmes dans la gouvernance des ressources naturelles (mines, pétrole et forêts) afin de mener à bien les plaidoyers qui les aideront à trouver leur place des ces secteurs. Rassemblant plus de quarante femmes de la société civile, de la politique, des entreprises et des médias , ce forum a pour objectif conscientiser  la femme en l’informant du danger qu’elle court dans le secteur extractif ainsi qu’à la former davantage en renforçant ses capacités sur les questions de gouvernance des ressources naturelles qui lui permettra d’intervenir dans la prise de décisions.

Selon M.Nick Élevé, directeur pays d’Osisa, Cette structure contribue à promouvoir plus de transparence et la participation de la femme dans la gouvernance des ressources naturelles, étant donné qu’elle est identifiée comme une catégorie qui souffre davantage dans cette gestion par son absence dans la prise de décisions. Il a indiqué qu’il est important d’encourager la femme à s’engager et à mieux connaitre ce secteur car elle y joue un rôle, pourtant elle n’est jusque-là pas la capacité de s’émouvoir. Cette plate-forme, est une voix pour entre agir et développer des initiatives, des projets et des programmes qui leur permettront de creuser de plus en plus et de constituer cette voie qui partagerait la marche de la femme dans la gouvernance des ressources naturelles. Avec le lancement du FFGRN ainsi que de son site web et de ses outils de travail, a-t-il ajoute, ceci constitue un investissement et un apport pour sa réussite dans l’amélioration de ce secteur, à la bonne gouvernance ainsi qu’au progrès et au développement de la RDC.

La femme capable de défendre ses droits et intérêts

Mme Dominique Munongo, coordinatrice du FFGRN a pour sa part souligne que cette plate-forme permet à la femme congolaise de briser le silence en vue de défendre ses droits et ses intérêts sur cette question, étant donné qu’elle est la maîtresse des ressources naturelles. Celle-ci servira à construire le consensus devant emerger des options différentes de la définition des sociétés différentes et des cultures différentes, qui serviront à construise des valeurs et à réduire les tensions sociales.

Le FFGRN, a-t-elle précisé, est donc une occasion pour les femmes de démontrer qu’elles peuvent lancer des réflexions sur ce qui doit être mis en compte pour qu’elles se sentent concernées dans ce secteur.

 » une femme est une pièce maîtresse qu’il faut l’instruire et la mettre à la page de l’évolution de la technologie. Elle est indispensable dans la gestion des gouvernances des ressources naturelles, car sans elle on ne pourra pas arriver à des résultats contraignants » a-t-elle conclu. ACP/Kayu/KGD/AWA

Share This Post