Stations-services : des mesures préventives s’imposent pour sécuriser la population - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Stations-services : des mesures préventives s’imposent pour sécuriser la population

Les stations-services poussent à profusion dans la ville de Kinshasa et presque partout en RDC où elles ont envahi les grandes artères de différentes agglomérations du pays. Si elles permettent aux conducteurs de véhicules et autres consommateurs de s’approvisionner en produits pétroliers, ces stations constituent des catastrophes en  puissance et une véritable menace pour la vie et la sécurité de la population.

En effet, installées face à face ou les unes à côté des autres, la grande majorité de ces stations sont construites à proximité des maisons d’habitation, des écoles, des hôpitaux, des terrains de football, des universités, des marchés au mépris des normes en la matière qui recommandent leur construction à plus de 50 mètres des maisons d’habitation et à plus de 100 mètres des bâtiments et lieux sensibles ci-avant cités.

La création de ces zones de servitude trouve toute son importance dans la prévention et la protection de la population contre d’éventuelles catastrophes qui découleraient d’une mauvaise manipulation des produits pétroliers distribués par les stations-services.

En tout cas, il n’est un pour personne, les produits pétroliers, particulièrement l’essence, sont des matières hautement inflammables prêtes à exploser à la moindre étincelle, à provoquer des incendies, à emporter des vies humaines et à causer des  dégâts matériels immenses. Outre la construction de ces stations, il y a lieu de s’interroger aussi sur les garanties de sécurité qu’offrent   les véhicules commis  au transport des produits pétroliers en RDC.

En dehors de SEP Congo qui dispose d’une expérience éprouvée de plusieurs décennies en la matière, des doutes persistent  et des inquiétudes sont nombreuses quant à l’expertise des autres opérateurs qui évoluent dans ce secteur aussi sensible que délicat.

Au lieu de se laisser surprendre, comme ce fut le cas dans la nuit du 7 au 8 octobre 2017 dans la capitale du Ghana où l’explosion et l’incendie d’une station-service et des camions des transports des gaz liquéfiés ont causé mort d’hommes et des dégâts matériels très importants, l’autorité  publique devait déjà jouer à l’anticipation en prenant des mesures préventives contre ce danger qui nous guette  à tout instant.

A ce titre, l’autorité ayant le secteur des hydrocarbures dans ses attributions ferait œuvre utile en s’inspirant bénéfiquement de l’exemple du Tchad, qui a non seulement renforcé sa législation en matière de distribution des produits pétroliers sur l’ensemble de son territoire,  mais aussi procédé à la fermeture et à la démolition de celles des stations-services qui ne répondent pas aux normes.

Il en est de même de plusieurs camions de transport des produits pétroliers qui ont été retirés de la circulation. Mais comme un sinistre peut toujours survenir en dépit de toutes les dispositions préventives que l’on pourrait prendre, il y a lieu également pour  l’Etat de doter toutes les villes de la RDC de services anti-incendie bien équipés et performants. Car, dit-on, deux précautions valent mieux qu’une.

 Par Gilbert Funga

Recommended For You

About the Author: La redaction