Le tabac, deuxième plus grande cause de décès dans le monde – Agence Congolaise de Presse (ACP)

Le tabac, deuxième plus grande cause de décès dans le monde

( Par Joseph Kimba et Mme Jolie Tshidibi Mputu)

La communauté internationale commémore jeudi 31  mai 2018 la journée internationale sans tabac sous le thème «Le tabac et les cardiopathies», pour attirer l’attention du monde sur la maladie du cœur. A chaque occasion, les Nations Unies rappellent le danger que représente la consommation du tabac à cause de ses effets toxiques. Le tabagisme est l’une des causes inévitables de nombreux décès dans le monde. En effet, le tabac est le seul produit de consommation  légale en vert qui entraine la mort d’un tiers de ceux qui l’utilisent et réduit la vie de quinze ans en moyenne. IL constitue la deuxième plus grande cause de mortalité sur la planète terre.

La Journée mondiale sans tabac 2018 souligne le lien entre le tabac et les maladies cardiovasculaires et les cardiopathies et vise à sensibiliser davantage le public à l’impact de la consommation de tabac et au tabagisme passif sur la santé cardiovasculaire. Elle offre la possibilité au public, aux gouvernements et à d’autres personnes de s’engager à promouvoir la santé cardiaque en protégeant les populations contre la consommation de produits du tabac et à encourager les pays à renforcer la mise en œuvre des mesures de lutte antitabac «MPOWER» qui ont fait leur preuve dans la lutte antitabac.

Elle coïncide, cette année, avec une série d’initiatives et d’occasions mondiales visant à lutter contre l’épidémie de tabagisme et son impact en matière de la santé publique. Parmi ces actions menées, figurent notamment les initiatives «Cœurs mondiaux» et «RESOLVE» dont l’objectif est de réduire les décès dus aux maladies cardiovasculaires et d’améliorer les soins. Chaque année, l’OMS et ses partenaires, à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac, plaide en faveur des politiques efficaces pour réduire la consommation de tabac.

D’autres mesures qui préconise l’organisation mondiale de la santé (OMS) dans le cadre de la lutte antitabac, concernant surtout la  surveillance de la consommation de tabac et des politiques de prévention, la  protection de la population contre la fumée du tabac en instaurant une interdiction totale de fumer dans les espaces publics, l’aide à ceux qui veulent arrêter le tabac, la garde sanitaires illustrées de grande taille sur tous les conditionnements de tabac, et le lancement de campagnes médiatiques efficaces pour avertir le grand public des dangers de la consommation de tabac et du tabagisme passif.

Il s’agit aussi de mettre en œuvre une interdiction totale de la publicité en faveur du tabac, de la promotion et du parrainage, et d’augmenter les taxes sur le tabac et les rendre moins abordables. L’organisation mondiale de la santé (OMS) estime que d’ici 2020, le tabac sera la principale cause de décès  et d’incapacité, avec plus de 100 millions  de victimes  par an. Les substances toxiques de la cigarette arrivent dans le sang d’où elles atteignent tous les organes du corps. De même, ils entraînent à long terme des lésions pulmonaires et provoquent des disfonctionnements rénaux, cardiaques, dermatologiques, à cause de leur toxicité.

La nocivité du tabac et de sa fumée est tributaire de sa composition chimique complexe qui comprend environ 4000 substances différentes dont 40 sont responsables majeures de sa toxicité. Il s’agit principalement de la nicotine, de goudron, du monoxyde de carbone, de la nitrosamine, de l’acroléine, de l’ammoniac, du cadmium.

A ces substances s’ajoutent également des pesticides utilisés dans la fabrication de cigarettes dans le but  d’améliorer la combustion de la cigarette, de lui donner le goût agréable et une bonne fraicheur. Selon, des analyses de laboratoire, la fumée secondaire de tabac contient 6 fois plus de nicotine, 3 fois plus de goudron, 73 fois plus d’ammoniac que dans la fumée inhalée par le fumeur.  ACP/Fng/Ywm/Nmj

Recommended For You

About the Author: La redaction

ACPnews

GRATUIT
VOIR