Un juriste s’insurge contre les pires formes du travail des enfants - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Un juriste s’insurge contre les pires formes du travail des enfants

Kinshasa, 04 décembre 2018 (ACP).- Me Banadifi Yabisono, avocat au barreau de Bandundu-ville s’est insurgé, mardi au cours d’un entretien  avec l’ACP,   contre les pires formes du travail des enfants dont la place est à l’école comme leurs collègues, dans le cadre de la quinzaine de la Journée internationale des enfants célébrée le 20 novembre de chaque année.

Exploitant le thème « Education et enfants en dehors de l’école », Me Yabisono, également président de l’ONG « Nouvelle fonction », a déploré le fait que malgré l’application de la Convention relative aux droits de l’enfant qui les protège et interdit le travail des enfants,  certains enfants exercent de pires formes du travail pour subvenir soit à leur besoin, soit aux besoins de la famille.

Ce juriste a toutefois reconnu les progrès considérables réalisés par la RDC durant les dernières décennies en termes d’accès des enfants à l’éducation. Rappelant le taux d’achèvement au niveau primaire qui est passé de 29% en 2002, à 70% en 2014, malgré cette évolution, beaucoup reste encore à faire, a dit le responsable de cette structure.

Il a fait remarquer que certains enfants ne vont pas à l’école  à cause, d’une part de la vulnérabilité des parents, et d’autre part de la déperdition scolaire. Il s’agit surtout des filles qui sont sacrifiées  par certains parents  qui préfèrent scolariser les garçons  à leur détriment.

Le président de cette structure a salué le lancement cette année de la campagne de l’UNICEF « En bleu pour chaque enfant » qu’il a qualifiée d’appel à l’action mondiale en faveur des enfants. Face à cette situation, Me Yabisono a plaidé auprès du gouvernement congolais pour l’effectivité de la gratuité scolaire en vue de permettre aux enfants issus des parents vulnérables d’étudier au même titre que leurs paires.

Il a souligné que  la mise en œuvre de la gratuité scolaire réduira  sensiblement le taux de la délinquance juvénile qui a élu ce dernier temps domicile dans certaines provinces de la RDC. Créée en 2014, l’ONG « Nouvelle frontière » dont le siège est basé au Bandundu, appuie les veuves à travers  l’octroi d’un microcrédit et encadre les orphelins pour leur rendre utiles dans la société. ACP/ZNG/Wet/KJI

Recommended For You

About the Author: La redaction

ACPnews

GRATUIT
VOIR