Vers une grève illimitée  des magistrats à Madagascar - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Vers une grève illimitée  des magistrats à Madagascar

Kinshasa, 12 sept. 2017  (ACP).–  Le gouvernement malgache et le Syndicat des magistrats n’ont pas pu accorder leur violon en dépit des multiples négociations, a rapporté mardi la presse locale citée par l’AFP.

 Face au «refus» du gouvernement de mettre en œuvre les résolutions de la commission tripartite, prenant en compte l’ensemble de leurs revendications, le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) prévoit de renforcer son mouvement pour l’indépendance de la Justice. Les magistrats et les greffiers sont déterminés à faire cause commune et à unir leurs forces dans ce mouvement. Ils pourraient observer ensemble une grève illimitée.

«Nous sommes en train de préparer notre Assemblée Générale Extraordinaire, prévue pour le 22 septembre prochain. La suite à donner à notre mouvement dépendra de cette réunion » a fait savoir, Tiaray Fanahimanana, vice-président du SMM

En attendant, le SMM a introduit une nouvelle demande d’audience auprès du ministre de la Justice. «Avec ou sans l’accord de la garde des sceaux, le Syndicat des Magistrats ainsi que le Syndicat des Greffiers vont mobiliser leurs membres respectifs dans la matinée du 22 septembre prochain.

Ces assemblées générales permettront de leur faire connaître l’évolution des revendications de chaque syndicat. Dans l’après-midi de cette même journée, les deux syndicats organiseront une autre réunion qui leur permettra de prendre une décision de la suite à donner à leur mouvement de revendication», explique le vice-président du SMM.

En août, une première grève illimitée avait été avortée suite à un accord conclu avec le gouvernement. «On nous avait promis la mise en application des solutions adoptées par commission tripartite. Aujourd’hui, nous sommes à plus d’un mois et le gouvernement ne nous dit toujours rien. Cette fois, nous estimons qu’il est nécessaire de renforcer notre mouvement de revendication. Nous observerons une grève si aucun consensus n’est trouvé avec le ministre de la Justice», explique Tiaray Fanahimanana. ACP/Mat/Kgd

Recommended For You

About the Author: La redaction