Washington, Bruxelles, Johannesburg… Les radicaux de l’opposition congolaise se fourvoient - Agence Congolaise de Presse (ACP)

Washington, Bruxelles, Johannesburg… Les radicaux de l’opposition congolaise se fourvoient

Kinshasa, 20 sept.  2018 (ACP).- On les voit partout, sauf là où ils devraient être : auprès des électeurs congolais. Alors qu’approche à grands pas le troisième cycle des élections depuis la réinstauration de la démocratie au Congo-Kinshasa par Joseph Kabila Kabange, les leaders de l’opposition dans notre pays sont devenus  des véritables baroudeurs parcourant les capitales du monde à la recherche d’on ne sait quoi.

Après s’être retrouvés l’année dernière à Washington aux Etats-Unis, des politiciens de l‘opposition viennent de se concerter successivement à Bruxelles en Belgique puis à Johannesburg en  Afrique du Sud. Officiellement, ces opposants radicalisés recherchent  un « candidat commun » pour la présidentielle du 23 décembre 2018. Ils tentent également d’obtenir des pressions de gouvernements de pays étrangers sur la RDC pour des « élections apaisées ». En d’autres mots, ils battent  ouvertement  campagne en faveur des interférences extérieures sur cet exercice de souveraineté d’un peuple que constitue le choix de ses dirigeants. Ce en quoi ils semblent vouloir à la fois une chose et son contraire. En l’espèce, ils cherchent à faire feu de tout bois.

 Aussi, quand bien même l’organisation britannique Westminster Foundation for Democraty n’a pas remis en cause dans son rapport l’usage de la  machine à voter, les opposants congolais tentent de s’accrocher aux recommandations d’amélioration contenues dans ce rapport comme à leur dernière bouée de sauvetage pour bloquer le processus.

Qu’à cela ne tienne, malgré toutes les agitations, rien ne peut plus arrêter le train des élections qui va entrer en gare le 23 décembre prochain. On en veut pour preuve notamment l’arrivée depuis le mardi 18 septembre à Kinshasa d’un premier lot de 17.944 isoloirs et l’annonce de la fin de la production en Corée du Sud des 105.257 machines à voter commandées par la CENI.

Le cap est donc irrémédiablement mis sur les élections.Les opposants radicalisés qui ont déclaré qu’ils n’avaient pas l’intention de boycotter les prochains scrutins ont tout à gagner à s’y préparer sérieusement, au lieu de se fourvoyer inutilement dans différents pays étrangers pour chercher des appuis dont la RDC n‘a guère besoin, au risque de devenir des errants sans idéal noble et sans encrage sur les réalités nationales. Ils vont gambader de territoire en territoire à la recherche du néant. Encore faut-il savoir si l’opposition veut réellement des élections.

Recommended For You

About the Author: La redaction

ACPnews

GRATUIT
VOIR