Congo-Brazzaville: des témoins entendus au procès d’Okombi Salissa 

Kinshasa, 1er mars 2019 (ACP).- Deux témoins ont été entendus à l’audience du jeudi  au Parquet  général de Brazzaville dans le procès de l’opposant André Okombi Salissa poursuivi pour atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat. Candidat malheureux à la présidentielle de 2016, il est défendu par six avocats dont trois venus de l’étranger, il a continué à nier avoir détenu des armes présentées sous scellé par la cour criminelle, ont annoncé vendredi les médias locaux.

Selon les sources,  le parquet général a pu faire venir un expert armurier des Forces armées congolaises (FAC) qui a donné les caractéristiques des armes présentées sous scellés et censées appartenir à André Okombi Salissa. Mais l’officier n’a pas souhaité dire à quoi elles pouvaient servir.

Au nombre de ces armes figurent entre autres des pistolets mitrailleurs, des lance-roquettes ou encore des lance-missiles. «Elles ne sont pas ma propriété, sinon je vous invite à prélever mes empreintes, celles de ma garde et même des proches de ma famille pour savoir si nous les avons manipulées ou pas», a suggéré l’accusé.

Okombi Salissa n’a pas reconnu un témoin à charge qui dit avoir appartenu à sa garde ; mais qui lors de la confrontation a répondu à ses questions de façon évasive. Un autre témoin n’a pas reconnu ses propres déclarations contenues dans un procès-verbal d’instruction lu par le parquet général. « On ne vient pas devant une cour criminelle en aventure parce qu’il s’agit de la vie des gens », a dit le président de la cour à ce témoin qui devait revenir à la barre à l’audience de  vendredi. ACP/Kayu/Wet/JFM

Partagez cet article