Fin de la mini-tournée du Président Félix Tshisekedi dans l’Est de la RDC

Kinshasa, 18 avril 2019 (ACP).- Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a regagné Kinshasa jeudi, à bord d’un régulier  de Congo Airways, au terme d’une mini-tournée qui l’a conduit successivement à Lubumbashi, dans le Haut-Katanga, à Goma et Beni, dans le Nord-Kivu et à Kalehe au Sud-Kivu.

Il a été accueilli à l’aéroport de N’djili par un comité restreint  constitué des officiers des FARDC et de la PNC, avant de se soumettre à toutes les formalités d’usage comme tout autre passager.

Le Président de la République qui a foulé le sol du tarmac de l’aéroport de N’djili à 18 heures 35 minutes locales a commencé par se laver les mains comme il est désormais de coutume depuis Ebola.

Accompagné de son directeur de Cabinet et de plusieurs proches collaborateurs, il a déclaré en passant que « a symbolique de ce voyage est de montrer qu’il est Congolais comme tout autre».

Cette tournée, la première qu’il effectue à l’intérieur du pays depuis son investiture le 24 janvier dernier, lui a permis de  palper du doigt les réalités de ces différentes provinces confrontées notamment à la criminalité, à l’insécurité récurrentes créée par les groupes armés nationaux et étrangers radicalisés ainsi qu’à l’épidémie d’Ebola.

Le Chef de l’État a emprunté à l’aller comme au retour  le vol régulier de Congo Airways afin notamment d’imprimer dans le chef des Congolais une culture de confiance en leurs propres capacités en vue de la promotion des entreprises congolaises.

Il s’agit également de susciter dans le chef des clients africains et du monde, l’envie de voyager à bord des appareils de la compagnie nationale congolaise, Congo Airways, car ils répondent strictement aux normes de l’Organisation internationale de l’aviation civile (OACI) et au Programme de sécurité aérienne (IOSA).

Partout où il est passé, il a été accueilli chaleureusement et la population a déferlé de partout pour l’ovationner et lui exprimer tout son soutien.

Sécurité et fonctionnement du poste douanier de Kasumbalesa

A Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga,  où il est arrivé vendredi dernier,  le Chef de l’Etat a présidé la réunion son deuxième Conseil supérieur de la défense en sa qualité de commandant suprême, et une séance de travail sur le fonctionnement du poste frontalier de Kasumbalesa.

La situation sécuritaire préoccupante qui sévit dans la ville de Lubumbashi, la situation sécuritaire à Yumbi, Béni et Butembo après les élections, le rapport de l’inspecteur général des FARDC, le rapport de l’inspecteur général de la Police nationale congolaise et, enfin, la régularisation des grades des militaires et policiers ont été les sujets évoqués au cours de cette réunion.

Pour ce qui est de la situation sécuritaire dans la ville de Lubumbashi, il a été constaté un déficit criant d’encadrement des hommes de troupes aussi bien de la police que de l’armée, et l’insuffisance de moyens logistiques.

Sur ce point, le Conseil supérieur de la défense a décidé la suppression de tout détachement des policiers des militaires ainsi que des éléments de la Garde républicaine dans le gardiennage et dans les sociétés minières, non seulement dans le Haut-Katanga mais aussi sur toute l’étendue du territoire national.

Sur le plan administratif, logistique et social, le Conseil a décidé  de permuter certains officiers de l’ordre et à la relève des troupes au sein de l’armée et de la police.

En ce qui concerne le social, le Président de la République a décidé de procéder à l’amélioration du bien-être du militaire et du policier et la régularisation des grades.

Il sied de noter que cette réunion a connu la participation du Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et sécurité, le Vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères, ministre de la Défense nationale, le chef d’État major des FARDC, le commissaire général de la Police nationale congolaise, le chef de la maison’ militaire du Chef de l’État, le chef  d’État major de la force terrestre, le chef d’État major de la force aérienne, le chef d’État major de la force navale et, enfin, le chef d’État major des renseignements militaires.

A propos de la réunion sur  Kasumbalesa, six points ont été débattus à savoir, l’instauration de l’autorité de l’Etat à Kasumbalesa et dans tous les postes frontaliers de la RDC, le rétablissement de l’ordre sur la route Kasumbalesa,  la suppression de toutes les barrières illégales sur cette route, la mobilisation des recettes par les régies financières,  la lutte contre la corruption sur toutes ces formes,  la lutte contre le contrebande, la fraude et le phénomène «Bilanga», la poursuite des travaux du port sec de Kasumbalesa, l’inauguration du parking de la DGDA /Kasumbalesa et la relance des activités de la SNCC.

Aux termes de cette réunion qui a regroupé les responsables du secteur économico – financier, transport et voie de  communication avec les services générateurs des recettes  et les services  œuvrant à la frontière de Kasumbalesa à savoir, la DGDA, DGI, DGRAD, DGM, OCC et OGEFREM ainsi que le Guichet unique et la SNCC, le Président de la République  a donné des instructions claires et nettes pour la bonne marche du pays avant de les a appelés tous à l’ordre.

Le Président de la République a donné des instructions pour l’application sans faille de ces mesures  afin que la RDC trouve les moyens de faire sa politique de développement.

A l’étape de Goma

Pour la deuxième étape de sa tournée à l’intérieur du pays,  le Chef de l’Etat s’est rendu  dimanche  à Goma pour évaluer la situation sécuritaire dans le Nord Kivu, une région particulièrement touchée par les attaques et des enlèvements ces derniers mois.

Il a tenu lundi  une nouvelle réunion du conseil de défense à l’issue de laquelle il  s’est engagé à  relever rapidement les troupes en poste depuis longtemps dans le Nord-Kivu et à apporter des moyens supplémentaires (matériels ,  financiers et humains)  aux forces armées congolaises dans leur lutte contre les groupes armés dans cette zone.

Un peu plus tôt, au cours de la réunion, le commandant de la zone, chargé notamment de la lutte contre les Forces démocratiques alliées (ADF), avait déploré la facilité avec laquelle on peut se procurer des armes dans le Nord-Kivu, les difficultés qu’éprouvent les militaires à remplir leur mission dans la zone face à la multiplication des groupes armés « étrangers comme locaux ». Il avait également accusé « certains politiciens locaux véreux » de soutenir ces groupes armés.

En réponse, le Président Tshisekedi a promis que tout acteur politique coupable de la « sale besogne » d’entretenir les groupes armés serait interpellé, et ce à travers tout le pays, « quel que soit son statut ».

Plus tard dans la journée, au cours d’une réunion avec des élus locaux cette fois, Félix Tshisekedi a plaidé la « tolérance zéro » et la fin de l’impunité en la matière. Le Chef de l’État a enfin, donné instruction aux autorités de la province de sensibiliser davantage les communautés sur la question des groupes armés et de travailler à décourager les jeunes de les rejoindre.

Toujours à Goma, le Chef de l’Etat s’est entretenu avec le Représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations Unies en charge des opérations, David Gressley. Ce dernier a fait savoir, à l’issue de sa rencontre avec le Président que le gouvernement congolais et la Monusco souhaitent trouver « définitivement » une solution à la menace des Forces démocratiques Alliées (ADF).

« C’était une discussion très constructive qui va aider d’aller en avant avec la sécurisation et la stabilisation des régions qui sont toujours touchées par les conflits », a déclaré David Gresley à plusieurs médias.

« Le problème ADF est la situation la plus préoccupante et nous avons eu un très bon échange sur ça, surtout en matière de collaboration. Je crois qu’il y a un souhait conjoint pour qu’on trouve une solution définitive à cette menace des ADF. Nous en sommes très déterminés », a ajouté le numéro 2 de la mission onusienne.

Le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a visité mardi, la cimenterie  Nyiragongo Cement, construite au quartier Bujovu dans la commune de Karisimbi, non loin de l’aéroport international de Goma, peu avant de s’envoler pour la ville de Beni.

Le Chef de l’Etat a encouragé le promoteur de cette unité de production opérationnelle depuis 5 ans qui, outre la valeur ajoutée aux  matières premières locales  avec l’exploitation de la pierre volcanique, contribue à la réduction du chômage.

A Beni

Après un séjour de 48 heures à Goma, le Président Félix Tshisekedi s’est rendu dans la ville martyre de Beni, du Nord-Kivu, où il a présidé mercredi, la réunion spéciale sur la situation sécuritaire, à laquelle tous les membres du gouvernement et des forces de sécurité ont participé.

Auparavant, le Président de la République avait eu des échanges avec les responsables locaux et les forces vives de la province, au cours desquels il a exprimé sa fermeté quant à la restauration de la paix et la neutralisation des forces négatives dans cette partie du pays.

Le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo a annoncé dans son adresse à la population, aussitôt après son arrivée à la mairie de Béni, que le retour de la paix et l’éradication de l’épidémie d’Ebola faisaient partie des priorités de son action.

Déterminé à éradiquer la maladie à virus Ebola, le Président de la République Félix Tshisekedi a visité le centre de traitement d’Ebola, où il a encouragé le personnel médical en proie à une résistance d’ordre culturel sur le traitement et la vaccination.

Le Chef de l’Etat a fait part à ses interlocuteurs des contacts utiles pris lors de son dernier séjour aux USA en vue de venir à bout de cette épidémie. Félix Tshisekedi a recommandé la sensibilisation pour détruire la barrière culturelle qui favorise la propagation de la maladie et mis en garde contre tous ceux qui participent à cette entreprise de résistance.

Par la suite, le Chef de l’Etat est allé s’enquérir des conditions de travail à l’hôpital général de référence de Beni, où il a remis un lot du matériel médical fruit de la coopération avec l’UNFPA.

A Kalehe

Le Président Félix-Antoine Tshisekedi est arrivé jeudi, à Kalehe dans le Sud-Kivu, en provenance de Beni,  pour consoler la population de ce territoire meurtrie après le naufrage d’une pirogue motorisée, qui a fait plusieurs victimes sur le lac Kivu.

Le Chef de l’Etat a décrété une journée de deuil national en mémoire de toutes les victimes de cette catastrophe. ACP/DNM/KJI

Partagez cet article