Kenya: les députés veulent accorder plus de place aux femmes au Parlement

Kinshasa, 1er mars 2019 (ACP).- Les femmes kényanes  n’arrivent toujours pas imposer la parité en politique conformément  à la Constitution de 2010 affirmant qu’un genre ne peut pas occuper plus des deux-tiers des sièges parlementaires.

Or les femmes représentent 15% des élus au Sénat et 22% à l’Assemblée. Mercredi, pour la quatrième fois, une loi destinée à faire respecter ce principe n’a pas pu être voté, ont rapporté vendredi les médias locaux. «Pas de loi. Pas de référendum.».

Les femmes députées ont crié leur colère en sortant de l’Assemblée. Une fois encore, la loi pour la parité au Parlement n’a pas pu être votée faute de quorum. 174 députés étaient présents. Il en fallait 233 minimum pour soumettre le texte au vote. Les élues féminines ont donc annoncé des mesures de rétorsion politique. Elles ne voteront pas le référendum, la réforme constitutionnelle débattue depuis des années au Kenya, rapportent les sources.

«Nous sommes extrêmement déçues, s’insurge Alice Wahome, députée de Kandara. Nous avons fait beaucoup de chemin pour en arriver là. Le chef de la majorité, qui pilote ce projet de loi, n’était pas engagé. Nous ne l’avons pas vu mobilisé.

Le gouvernement n’est pas engagé. Tant que cette loi n’est pas votée, nous mobiliserons les femmes kényanes pour refuser tout référendum. On ne voit pas le besoin d’un référendum quand les avancées écrites dans la Constitution de 2010 sont étranglées, sont piétinées. Les femmes n’ont trouvé aucun espace dans ce pays». ACP/Kayu/Wet/JFM

Partagez cet article