Kinshasa : la fabrication des matériaux de construction par des  jeunes, une activité en pleine expansion

Kinshasa, 14 mai 2019 (ACP).-  La fabrication artisanale   de certains matériaux de construction notamment des briques, des pavés, des claustras, des bacs à fleurs et sanitaires est une activité  en pleine expansion dans la ville de Kinshasa où elle constitue une source de revenu pour les jeunes qui s’y adonnent dans les différents coins des artères de la ville de Kinshasa.

Exércées par des  jeunes garçons, dont l’âge oscille entre 20 et 35 ans, l’ampleur prise cette activité qui s’inscrit généralement dans le cadre de l’entrepreneuriat des jeunes à la recherche des moyens de survie, intéressent de plus en plus   des  hommes d’affaires.

Ces derniers n’hésitent pas à investir  dans ce secteur qu’ils ont  modernisé en y introduisant  la  mécanisation pour améliorer et accroitre la production, en vue de répondre aux besoins de la clientèle devenue importante.

Parmi ces clients, il ya lieu de citer les ingénieurs constructeurs et les initiateurs des chantiers de construction  qui viennent  se ravitailler en divers matériaux de construction dont les briques vibrées.

Par ailleurs,  les fournisseurs de  ces différents produits ont aussi diversifié leurs activités en s’intéressant au commerce du ciment gris, du sable, des concassés, des colorants et tant d’autres produits qui entrent dans la fabrication desdits matériaux de construction.Dix tonnes de sable par exemple leur rapportent respectivement 175 000 FC, soit 110 dollars

Une brique  vibrée 9 trous, fabriquée par la machine électrique, se vend à 1100 FC,  le prix d’une brique en bloc local 2 trous. varie entre 900 et 1000 FC, explique un briquetier.

Malgré son ampleur, cet entrepreneuriat n’est pas soutenu, ni reconnu par le pouvoir public. Il se développe en informel et les  recettes réalisées échappent à la fiscalité au niveau national et provincial.

Certains économistes estiment que mieux contrôler ce type d’entrepreneuriat donnerait au trésor public des moyens importants. D’où la nécessité pour le gouvernement d’encadrer les jeunes et de renforcer leurs capacités pour qu’ils deviennent de véritables créateurs d’entreprise, capables de participer  à l’éradiquer la pauvreté. ACP/Fng/GMM/JGD/Fmb/CKM/JLL

Partagez cet article