La RDC prend part à la conférence ministérielle africaine sur le différend régional au Sahara                                      

(Nestor Cimanga, envoyé spécial à Marrakech)

Marrakech, 25 mars 2019 (ACP).- La République Démocratique du Congo a pris part, par l’intermédiaire de son vice-ministre à la Coopération internationale, Kita Bukusu Freddy, a pris part à la conférence ministérielle africaine sur l’appui de l’Union Africaine (UA) au processus politique des Nations Unies sur le différend régional sur le Sahara marocain, organisée lundi à Marrakech  au Royaume du Maroc.

Trente-six (36) du continent africain ont pris part à ces assises qui, comme l’a dit le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Royaume du  Maroc, Nasser Bourita, avaient pour objectifs notamment « de réaffirmer le consensus africain autour de la décision 693 , et témoigner activement l’appui africain au processus politique en cours dans le cadre des Nations en vue d’une solution politique réaliste, pragmatique et durable à la question du Sahara occidental qui repose sur le compromis ».

Il s’agissait aussi de conforter l’esprit et la lettre de la décision 693 de la Conférence de l’UA « et de l’attachement de notre Union au processus onusien ».

Selon le ministre des Affaires étrangères du Royaume du Maroc, l’objectif de son pays est « de rassembler et d’unir autour du respect de l’esprit et de la lettre de la décision de Nouakchott, en évitant la cristallisation de divisions internes pouvant compromettre la résolution du conflit régional et nuire à la stabilité, la cohésion et l’efficacité de l’organisation ».

Fédérer et aller de l’avant

Pour Nasser Bourita, il n’est pas question au cours des assises de Marrakech de susciter un débat stérile ou de diviser. La «conférence d’aujourd’hui est l’exacte illustration de la vision royale en ce qu’elle entend  précisément fédérer et aller de l’avant », a-t-il dit.  Cet esprit de rassemblement, a-t-il poursuivi, n’est pas une posture de circonstance « mais une position de constance ».

Aussi a-t-il lancé ce message aux participants : « Non à la division ; oui à la cohésion. Non aux chamailleries d’arrière-garde ; et oui au rassemblement pour les véritables causes prioritaires de l’Afrique ».

La RDC soutient le Royaume du Maroc

Dans son intervention, le vice-ministre de la Coopération internationale, Freddy Kita Busuku, a au nom de la République  du Congo, réaffirmé le soutien de son pays au peuple marocain ainsi  qu’à la décision 693 de l’Union africaine et sa mise en application.

Il a appelé au strict respect de toutes les décisions des Nations Unies et de l’Union africaine afin de régler une fois pour toutes cette crise du Sahara. La RDC souhaite qu’une décision définitive soit trouvée.

Ont été représentés à la conférence de Marrakech les pays suivants : Bénin, Ghana, Malawi, Union des Comores, Guinée Conakry, Sénégal, Somalie, Zambie, Libéria, Burundi, Sierra Leone, Gambie, Soudan du Sud, Sao Tomé –et-Principe, République Centrafricaine, Gabon, Madagascar, Libye, Nigeria, République du Congo, Côte d’Ivoire, Djibouti, Eswami (Swaziland), République Démocratique du Congo, Niger, Guinée Bissau, Soudan, Tanzanie, Burkina Faso, Cap-Vert, Tunisie, Rwanda, Cameroun, Tchad, Angola, Ethiopie. ACP/ Kayu/DNM/KJI/JFM.                                           

 

Partagez cet article