La société civile du Haut Katanga exige la libération de la redevance minière au profit des ETD

Lubumbashi, 25 mars 2019 (ACP).- Les membres de la société civile, réunis au sein de la Plateforme des Organisations œuvrant dans la Décentralisation et les Finances publiques PODEFIP en sigle, ont exigé la libération immédiate de la redevance minière au profit des comptes des Entités Territoriales Décentralisées (ETD) dans lesquelles sont installées les entreprises minières.

C’était au cours d’une matinée de réflexion sous le thème : «Accompagnement technique de la redevance minière pour le développement durable de nos ETD dans le Haut Katanga» organisée par la PODEFIP le weekend dans la salle de réunion du cadre de concertation de la société civile de Lubumbashi.

La PODEFIP a, dans son mot lu par son coordonnateur Jean-Luc Kayoko, relevé que la redevance minière est un droit inaliénable pour le bien-être des citoyens favorisant le développement à la base des ETD.  Elle s’est insurgée contre la garde de leur argent entre les mains des entreprises minières et qu’un individu ou un groupe d’individus ne peut bloquer les droits des communautés. La PODEFIP rassure que les ETD ont  été renforcées en capacité sur la gouvernance locale,  qu’elles sont redevables face aux communautés et que l’investissement public et local sont une priorité pour les ETD par la redevance minière.

La PODEFIP déplore le fait que la redevance minière ne soit pas effective dans le Haut Katanga, une province minière alors qu’elle démontre ses effets positifs et est effective dans d’autres provinces de la RDC à travers le plan de développement local des ETD.

Elle a invité tous acteurs inclus dans les étapes de la décentralisation et  plus particulièrement en ce qui concerne la redevance minière, à ne pas bloquer ce processus de gestion qui booste le développement.

Cette matinée de réflexion a connu la participation des agents du secteur public telles les divisions provinciales des Mines, Décentralisation et affaires coutumières, des agents travaillant à la mairie de Lubumbashi  et dans les communes, membres de la société civile et des journalistes.

ACP/ Kayu/DNM/KJI/JFM

Partagez cet article