Le CIGRS invite les professionnels de médias à sensibiliser la population aux mesures préventive du chikungunya

Kinshasa, 14 mai 2019 (ACP).- Le Coordonnateur du centre interdisciplinaire de gestion de risque sanitaire (CIGRS), le Pr Justin Masumu a invité mardi à Kinshasa les professionnels de médias à s’impliquer dans la sensibilisation sur l’ampleur de l’épidémie de chikungunya qui sévit dans la ville de Kinshasa et dans la province du Kongo central depuis 2018 et à ses mesures de prévention. Il a lancé cet appel au cours d’une matinée scientifique que le CIGRS a organisé en collaboration avec l’Association des communicateurs de santé d’Afrique  ACSA/RDC).

Cette matinée scientifique a connu la participation de quelques personnes guéries de chikungunya, qui ont à tour de rôle partagé leurs expériences sur les signes de cette maladie. Parmi eux, le Dr Dieudonné Badibanga a indiqué que le chikungunya n’est pas une maladie bénigne, mais plutôt maligne, faisant allusion à la souffrance qu’il a connue au moment où il était affecté par cette maladie.  Le Dr Nadine Mintsey de l’INRB est, quant à elle,  revenu sur sa durée d’incubation de trois semaines.

 Elle est parmi les premières victimes de cette maladie à Kinshasa. Selon Justin Masumu, le nombre de gens atteints de cette maladie et le nombre de morts  ne  sont pas connus  ni enregistrés par manque de surveillance épidémiologique, car le gouvernement à travers le ministère de la Santé n’a pas encore pensé à une riposte en ce sens.

Pour lutter contre le chikungunya, il faut connaitre  son mode  de transmission qui est le moustique aèdes qui se multiplie dans les maisons à travers des boites de conserve, des récipients d’eaux abandonnées et autres. ACP/Fng/GMM/JGD/Fmb/CKM/JLL

Partagez cet article