Le ministre Matuku informé d’un projet de lutte contre le travail des enfants dans les sites miniers

Kinshasa, 16 mai 2019 (ACP)-. Le ministre d’Etat, ministre de l’Emploi, travail et prévoyance sociale, Lambert Matuku Memas a été informé de la mise en œuvre d’un projet de lutte contre le travail des enfants dans les mines, initié par un consortium américain lors de l’audience qu’il a accordée jeudi  à Kinshasa  à Jon Underdahl Pierre  du Bureau of international labor affaires.

Selon Jon Underdahl Pierre, ce projet intitulé’’ Cotecco’’ financé par le gouvernement américain, est exécuté par le Bureau international du travail (BIT) à partir de Kolwezi dans la province de Lwalaba.

Il répond au souci de mettre fin à la présence des enfants dans les sites miniers et faire en sorte qu’ils soient récupérés pour leur insertion sociale, a ajouté Jon Underdahl, avant d’indiquer que la place des enfants est en famille et à l’école et non dans les sites miniers, prenant ainsi à témoin Mme Josée Blandine Ongotto du BIT, manager du projet qui était dans sa suite.

En réaction, le ministre Matuku a rappelé l’engagement du gouvernement congolais à éradiquer le travail des enfants d’ici 2025 comme il a été dit lors des travaux de l’atelier de validation de la stratégie nationale sectorielle de lutte contre le travail des enfants dans le secteur des mines en RDC et sur les sites miniers artisanaux de toutes les filières minières.

L’engagement du gouvernement d’appliquer des recommandations pertinentes en la matière

La RDC s’est engagée résolument à mettre progressivement en application, toutes les recommandations contenues dans le rapport d’Amnesty international et de l’ONG Afrewatch publié en janvier 2016.

Le ministre Matuku a toujours invité les différents ministères et services concernés par la question du travail des enfants, « de redoubler d’efforts afin que cet objectif soit effectivement atteint en 2025 ».

Il avait rassuré au cours de  cet atelier  que l’exécutif congolais fait siennes les recommandations formulées à l’issue de la dernière réunion de l’Organisation internationale du travail (OIT), tenue à Genève en Suisse, et dont la deuxième se rapporte au secteur des mines.

Pour montrer la détermination du gouvernement congolais de mettre un terme au travail des enfants, il avait  brandi comme preuve, l’arsenal juridique dont dispose la RDC en la matière.

« L’amélioration et le renforcement du cadre juridique par l’adoption de plusieurs textes législatifs et réglementaires ainsi que la mise en place du Comité national de lutte contre les pires formes de travail des enfants au sein de mon ministère sont au nombre des initiatives entreprises par les différents gouvernements qui se sont succédés depuis 2006 pour faire face à la situation de précarité d’un pays post-conflit », a-t-il affirmé. ACP/FNG/Cfm/MPK/JLL

Partagez cet article