Le Président Trump envisage reconnaître la souveraineté d’Israël sur le Golan

Kinshasa, 23 Mars 2019 (ACP) Le Président américain, Donad Trump, estime qu’il est temps de reconnaître la souveraineté israélienne sur le Golan, territoire gagné par Israël face à la Syrie en 1967. C’est une fois de plus par un tweet que qu’il a annoncé sa décision en rompant, une fois de plus, avec la diplomatie traditionnelle des Etats-Unis, ont rapporté samedi les médias internationaux.

 Les sources indiquent qu’aux yeux du droit international, il s’agit d’un territoire occupé. Mais le président américain a décidé de rompre avec cette position. Une décision qui ravit le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu.

Le président des Etats-Unis Donald Trump s’est déclaré jeudi favorable à la reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan. Israël a conquis une grande partie du Golan, soit 1 200 km2, lors de la guerre des Six Jours en 1967 et l’a annexée en 1981, mais la communauté internationale n’a jamais reconnu cette annexion.

« Après 52 ans, il est temps pour les Etats-Unis de reconnaître pleinement la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, qui a une importance stratégique pour l’Etat d’Israël et la stabilité régionale », a tweeté le président américain au moment même où le chef de diplomatie Mike Pompeo se trouvait à Jérusalem. Israël craint en effet que le Golan devienne une base du Hezbollah sur sa frontière à la faveur de la guerre en Syrie.

Réaction de la Syrie après les déclarations de Trump

Par ailleurs, l’annonce de Donald Trump en faveur d’une reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur la partie du plateau du Golan syrien occupé en 1967, a suscité une réaction ferme de la part du gouvernement syrien et de ses alliés. Le Hezbollah libanais, lui, n’a toujours pas réagi.

Le ministère syrien des Affaires étrangères a dénoncé,  vendredi,  « des propos irresponsables » et le « soutien aveugle des Etats-Unis » à Israël.Un communiqué publié par la diplomatie syrienne qualifie les propos de Donald Trump suggérant de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le Golan de « violation flagrante des lois internationales ».

Selon Damas, « les déclarations du président américain ne changeront pas la réalité que ce plateau était et restera toujours arabe syrien et que le peuple syrien est déterminé à le libérer par tous les moyens disponibles ».Pour le Kremlin, la position du président américain « déstabilise la région » et « n’aide pas à faire avancer le processus de paix au Moyen-Orient ».

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Jawad Zarif, a écrit dans un tweet que « tout le monde est choqué par le fait que Donald Trump continue d’offrir à Israël ce qui ne lui appartient pas ». ACP/Fng/ Mpk

Partagez cet article