L’Eglise s’engage à livrer à la justice les auteurs d’abus sexuels sur mineurs

Kinshasa, 25 février 2019 (ACP).- Le Pape François a affirmé que l’Eglise ne ménagera aucun effort afin de livrer à la justice les membres du clergé et autres religieux auteurs d’abus sexuels sur les mineurs, à l’issue dimanche à la cité de Vatican, à Rome, de la rencontre mondiale sur la protection des mineurs dans l’Eglise.

Pour lui, l’Eglise s’engage à l’issue de ce sommet à la protection des enfants de tout abus psychologique et physique, un engagement qui requiert un sérieux irréprochable, à la reconnaissance de  ses manquements, ses fautes, ses faillites, ses erreurs à travers la prière, la pénitence et l’humilité, comme personne et institution, pour une formation équilibrée des séminaristes, l’unité des évêques dans l’application des mesures qui ont valeur des normes et non pas uniquement d’orientations. «Si l’Eglise détecte en son sein un seul cas d’abus sexuel, elle l’apportera sans vaciller à la justice pour que  son auteur réponde de ses actes», a-t-il souligné.

Pour mettre fin à la violence contre les enfants et devant inspirer le travail de l’Eglise, le Souverain Pontife a proposé sept stratégies notamment, d’accompagner les victimes, de veiller au monde digital et au tourisme sexuel, la pornographie, de hausser la limite d’âge afin d’étendre la protection des mineurs et d’insister sur la gravité  de ces faits. «Quiconque aura commis de tels délits, sera traduit à la justice», a-t-il averti.

Pour atteindre cet objectif, a-t-il dit, l’Eglise propose d’écouter, de protéger et de soigner les mineurs abusés, exploités et oubliés où qu’ils se trouvent, en martelant que «l’heure est  à la collaboration pour éradiquer cette brutalité du corps de l’humanité en évitant de se mettre dans un justicialisme  mû par le sens de la faute, la présence médiatique qui est l’auto défense n’affrontant pas les causes et les conséquences de ces graves délits».

Le Pape François qualifié d’ami des pauvres, a appelé l’Eglise à une conversion personnelle et collective, en enjoignant aussi toutes les autorités et tous les individus concernés à s’emparer de la lutte contre les abus sur les mineurs afin d’éradiquer ces crimes abominables de la surface de la terre.

Les évêques des conférences épiscopales, les patriarches des Eglise orientales, les responsables de la curie romaine des supérieurs et supérieures des congrégations religieuses ont pris part à cette rencontre inédite, rappelle-t-on. ACP/Kobongolo.

Partagez cet article