Les décès néonataux : un problème courant et préoccupant en RDC

Kinshasa, 14 mai 2019 (ACP).- Les pathologies et décès néonataux sont des problèmes courants et préoccupants en RDC, a indiqué le pédiatre Bertin Kadima lors de son intervention dans une récente conférence scientifique à Kinshasa sur les infections materno-fœtales autour du thème «Les dernières recommandations sur la prise en charge de l’infection materno-fœtale chez le nouveau-né».

Selon ce pédiatre, les statistiques montrent actuellement qu’il y a eu des avancées dans la réduction de la mortalité chez les enfants de moins de 5 ans en général, mais ces bénéfices n’ont pas été observés chez les nouveau-nés. La RDC est parmi les pays encore très affectés par ces problèmes de maladies et de décès du nouveau-né.

A en croire la source, les infections sont responsables de la forte mortalité néonatale, d’où la nécessité de communiquer les dernières recommandations à d’autres médecins pour pallier à cette situation. Les infections constituent la première cause de mortalité chez le nouveau-né, favorisant aussi la prématurité, les malformations, les souffrances et l’asphyxie.

Ce spécialiste souligne que ces infections sont évitables. Elles sont  généralement causées par le streptocoque du groupe B, un microbe porté de manière chronique par beaucoup de mamans. Il y a aussi les infections nosocomiales ou celles que le bébé attrape après la naissance par des mauvaises conditions d’hygiène.

L’administration d’une dose d’antibiotiques 4 heures avant l’accouchement, la prise en charge médicamenteuse pendant les consultations prénatales, l’hygiène maternelle et environnementale sont les mesures préventives. Le Dr Kadima a appelé les parents à veiller sur l’hygiène environnementale ou hospitalière, et surtout à utiliser de l’eau courante pour le nettoyage des mains pour tous ceux qui entreront en contact avec le nouveau-né. ACP/Fng/GMM/JGD/Fmb/CKM/JLL

Partagez cet article