Les rencontres régulières entre Félix Antoine Tshisekedi et Joseph Kabila, une grande avancée, selon Jeanine Mabunda

Kinshasa, 13 mai 2019 (ACP).- Les rencontres régulières entre le Président Félix Antoine Tshisekedi et son prédécesseur  Joseph Kabila constitue  une grande avancée pour la démocratie en RDC, a déclaré lundi la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda dans une interview sur les antennes d’une radio internationale.

En effet, à une question de savoir si l’ancien Président de la République Joseph Kabila Kabange n’entraverait pas l’action du Président de la République  Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, la présidente de la chambre basse du Parlement congolais s’est dit « un petit peu étonnée parce qu’ils se parlent assez couramment.

Et pour nous, les Congolais, par rapport à l’histoire politique en confrontation que nous avons connue, c’est une grande avancée. On ne pouvait pas espérer ça ».  Et de poursuivre : « C’est pour la première fois qu’on fait une transition où finalement, un ancien Président constate le résultat électoral qui donne la voix à une ancienne opposition, dans un contexte pacifique ».

A la question de savoir si le temps mis par la République Démocratique du Congo sans un Premier ministre ne l’inquiétait pas, Jeanine Mabunda a indiqué que  les discussions sont en cours et que l’on va bientôt atterrir, soulignant que la RDC n’est pas une exception en la matière.

« On a vu que dans d’autres pays, que ce soit la Finlande, l’Autriche ou la Belgique  on a pris 580 jours pour trouver un Premier ministre », a-t-elle dit avant  d’annoncer  que « nous allons aller beaucoup plus vite que les 580 jours belges». «Une obligation d’avoir le Congo dans toute sa diversité » Par ailleurs, à la question  de savoir si la majorité va faire un geste en faveur de l’opposition qui n’est pas encore présente au bureau de l’Assemblée nationale, la présidente de la chambre basse a rassuré : « Il y a certainement un intérêt, une obligation d’avoir le Congo dans toute sa diversité ».

Les discussions sont en cours avec les différents leaders de l’opposition à ce sujet, a-t-elle dit, expliquant que l’opposition attend une contre-proposition de la majorité qui irait dans le sens de compenser peut-être ce qu’ils estiment ne pas avoir obtenu au niveau du bureau de l’Assemblée nationale. Elle a fait savoir que l’Assemblée nationale est pour le moment en train de constituer les groupes parlementaires, pis ce seront les commissions de travail.

« Et c’est peut-être au sein de ces différents organes que nous pourrons poursuivre ce dialogue pour mettre tout le monde à l’aise », croit-elle savoir. Pour Jeanine Mabunda qui ne veut pas s’exprimer sur une opposition qui présente  encore plusieurs visages, « ce sont les citoyens congolais qui jugeront. Ce que nous voulons, c’est une opposition constructive, c’est une opposition démocratique, que toutes les sensibilités de la majorité comme de l’opposition puissent s’exprimer, mais avec un certain sens de responsabilité. Les Congolais sont fatigués de la politique politicienne ». ACP/Kayu/DNM/May

Partagez cet article