Ouverture à Kinshasa de la 33ème édition du Festival JOUCOTEJ

Kinshasa, 14 mai 2019 (ACP).- La 33ème édition du Festival des Journées congolaises du théâtre pour et par l’enfance et la jeunesse (JOUCOTEJ) s’est ouverte mardi, au Centre culturel «Le Zoo»  à Kinshasa, avec le spectacle «Le caméléon» du camerounais Patrice Ndebi Penda, présenté par la troupe la Compagnie théâtre des intrigants (CTI).

Le directeur du Centre culturel «Le Zoo» a, dans son mot de bienvenu, saluer les différents invités et participants, avant de circonscrire le cadre de cette rencontre culturelle dont, le souci était de faire comprendre aux enfants et à tous les participants que le théâtre est considéré comme une antidote de toutes les calamités que nous rencontrons quotidiennement dans la vie. Il a pour but d’énoncer les difficultés et proposer des remèdes.

Le président du conseil d’administration de CTI, Crispin Yoka, a déclaré, à cette occasion, que le théâtre est un antidote épargnant tous les acteurs de diverses distractions. «La culture accompagne l’homme dans la souffrance à la mort, si nous ne voulons pas appréhender l’importance la culture on ne peut jamais développer un pays», a-il-souligné.

Placée sous le thème «Filles et garçons nous sommes tous égaux», la pièce «Le caméléon» mise en scène par Kulumbi N’sin Mbwelia explique comment les élections se déroulent en RDC. Certains candidats recourent aux charlatans pour se faire élire alors qu’en réalité, il faut battre campagne loyalement auprès de l’électorat.

Le coordonnateur de la JOUCOTEJ, Edgar Kulumbi, s’est dit heureux de l’ouverture de ce festival qui constitue un travail d’équipe avec la participation d’autres groupes théâtraux scolaires tels que «E.M. Ste Thérèse Verzéri, le CS les Carmélites, le CS Olive Lembe, le CS Umoja, le GS A bras ouvert. Il a indiqué que le Festival JOUCOTEJ est devenu un outil important pour le développement humain car, c’est une activité qui s’inscrit dans le programme national du développement et devrait, par conséquent, bénéficier de toutes les attentions soutenues du pouvoir public

Des thèmes de lutte contre le sida et des violences à l’enfant exploités

Au cours de cette cérémonie d’ouverture, plusieurs groupes théâtraux ont défilé, mettant en relief de messages de soutien à l’égalité entre filles et garçons, thème de ce festival. Dans ce contexte, le GS Umoja a présenté une pièce en rapport avec le VIH Sida. Le message lancé par les acteurs est de faire du sida une préoccupation à l’échelon mondial et de lutter contre cette pandémie.

Les élèves du maternel du GS Thérèse Verzeri ont présenté la pièce de dénonciation des violences faites à l’égard des enfants du fait que plusieurs enfants sont dans la rue et d’autres restent à la maison sans se rendre à l’école.

S’agissant de la particularité de la 33ème édition, elle consiste à la programmation du festival sur les sites scolaires afin de l’approcher  de plus en plus des bénéficiaires. Il  s’agit de l’école primaire Lisanga de la Gombe, du Complexe scolaire Marie Reine de la paix, le Casi/Ndjili et le groupe scolaire Don Bosco de  Masina. En vue de consolider le partenariat avec les écoles, la Compagnie théâtre des intrigants a mis en place le Réseau interscolaire de diffusion des spectacles (RIDS), dont la charte a été signée samedi au siège de cette structure.

Mission de la Compagnie du théâtre des Intrigants

Initié depuis 1987, ce festival est organisé par la Compagnie théâtre des intrigants qui a pour mission de faire du théâtre professionnel, de créer des spectacles de qualité dans le domaine des arts ainsi que de la scène en général et du théâtre en particulier. La CTI travaille en collaboration avec le ministère de la Culture et arts, Fédération genevoise de coopération, le Centre Wallonie international, l’Institut français de Kinshasa, Centre culturel le Zoo, l’Hôtel de ville de Kinshasa et l’Association des femmes chinoises au Congo.

ACP/Fng/GMM/JGD/Fmb/CMK/JLL

Partagez cet article