Plusieurs soldats disparu dans une embuscade meurtrière contre l’armée nigérienne à Baley Beri

Kinshasa, 15 mai 2019 (ACP).- Près de dix-sept militaires ont été tués et onze autres sont portés disparus lors d’une attaque d’envergure qui a visé l’armée nigérienne mardi au soir à Baley Beri, près de la frontière avec le Mali, a indiqué mercredi une dépêche de l’AFP.

Sans préciser la scène du déroulé des événements, la source souligne que les militaires impliqués font partie de l’opération Dongo, qui a été lancée il y a plusieurs mois déjà. Après l’attaque de la prison de haute sécurité de Koutoukalé, lundi, les militaires ont reçu l’ordre de prendre en chasse les présumés assaillants. Lors de cette poursuite, ajoute la même source, un véhicule militaire saute sur un engin explosif, peu avant la tombée de la nuit mardi soir. L’embuscade minutieusement préparée arrivera au moment de la descente de la compagnie venant en renfort.

L’appel d’urgence a été ralenti car, au moins une semaine auparavant, plusieurs antennes relais téléphoniques ont été saccagées. Par ailleurs, autres renforts nigériens avaient été déployés sur place et que les Français de la force Barkhane pourraient appuyer les opérations dans les heures à venir. Pour l’instant, aucun message revendiquant cette attaque meurtrière.

Du moins la police reconnaît du lieu de l’attaque une zone d’influence du groupe État islamique au grand Sahara. C’est une région où les combattants d’Abou Walid al-Sahraoui sont extrêmement présents, très mobiles et surtout capables d’organiser des embuscades complexes.

Il sied de noter qu’en octobre 2017, des militaires américains et des soldats nigériens avaient dû affronter près d’une centaine d’assaillants dans de violents combats à Tongo Tongo, à quelques kilomètres du lieu de cette attaque.

Quatre militaires américains et cinq nigériens avaient perdu la vie. Il avait alors fallu l’intervention d’avions de chasse et d’hélicoptères d’attaque des Français de Barkhane pour mettre fin à plusieurs heures d’affrontements.

La force Barkhane s’est en partie redéployée vers Gossi, du côté malien. Mais les soladats américains sont toujours présents avec une base à Ouallam, du côté nigérien. ACP/Kayu/DNM/Wet/Kji

Partagez cet article