Près  de cinquante bottiers suivent une formation technique des incubés de la filière cuir à Kinshasa

Kinshasa, 15 mai 2019 (ACP).- Près de cinquante  bottiers de la filière cuir de la ville province de Kinshasa participent,  depuis mardi  à Kinshasa, à un atelier de formation technique des incubés sur le thème : « Fabrication des chaussures et les problèmes liés à la production », a  confié  mercredi à l’ACP, M. Camille Nkuka Ibanga, directeur de formation à l’Office de promotion des petites et moyennes entreprises congolaises (OPEC).

Cet atelier qui a pour objectif de doter les bottiers des techniques modernes de fabrication des chaussures, est organisé par OPEC du 14 au 20 mai, en  collaboration avec le secrétariat général du Marché commun  de l’Afrique australe et orientale (COMESA). Il vise également à rendre les bottiers capables de fabriquer des chaussures qui soient compétitifs sur le marché international.

M. Feraw Kebede, spécialiste à l’Institut du cuir en Ethiopie qui assure ladite  formation avec le sous-thème: « développement du produit » a développé  les techniques pour la conception d’une chaussure avec un nouveau « Design ».

Il a fait remarquer aux bottiers que le développement de la chaussure commence par le point zéro qui est la conception. Cette phase  comporte les différentes étapes à savoir, la forme, les sections, tout en  insistant  le design, lequel donne la forme  à la chaussure.

L’atelier s’est par la suite mué en atelier  d’apprentissage où les bottiers  ont expérimenté et concilié la théorie à la pratique   dans la  salle  de l’incubateur de (Petites et moyennes entreprises (PME)  de la filière  cuir  mis en place par l’OPEC.

Pour le directeur général de l’OPEC, Vital Manga Bolengu, cette formation marque le démarrage d’une formation technique des artisans bottiers. Au cours de cette formation les bottiers incubés ont acquis des connaissances solides pour pouvoir gérer intelligemment et rationnellement les ressources entrepreneuriales, grâce à l’appropriation des outils modernes de gestion.

Selon le directeur général, l’étude prospective réalisée par les experts de l’institut du cuir de COMESA a montré que le développement de la chaîne de valeur du cuir en RDC a des potentialités pour pouvoir générer des revenus ainsi que créer des emplois directs dans la chaîne de valeur.

Et d’ajouter que l’incubateur pilote des PME de la filière cuir doit relever un grand défi, celui de voir à moyen terme, les congolais se chausser des produits de qualité « made in Congo », à l’instar d’autres pays africains qui ont réussi ce pari, à l’exemple de l’Ethiopie. ACP/Kayu/DNM/Wet/Kji

Partagez cet article