Une pédagogie pour l’Afrique proposée dans le livre « La pédagogie de la conscientisation » 

Kinshasa, 25 mars 2019 (ACP).- Les écrivains Etienne Bisimwa, Luc Dussoulier et Emmanuel Rugarabura proposent une pédagogie pour l’Afrique dans leur livre « La pédagogie de la conscientisation », publié en 2018 aux éditions « Weyrich Africa ».

Dans ce livre de 120 pages, les auteurs  estiment que la conscientisation populaire constitue un impératif incontournable, indiquant par ailleurs, que la question sociale est d’abord culturelle et politique.

Les auteurs ajoutent qu’il est impératif de mettre au point une approche pédagogique populaire, en rupture avec les conceptions dominantes de l’éducation dès lors que les premiers concernés prennent conscience, expriment leur représentation de leurs réalités, leurs aspirations profondes, leur vision du bien commun et de leur avenir et des moyens à mettre en œuvre pour l’atteindre.

L’enjeu principal de ce livre est de former pour transformer, soulignent les auteurs, expliquant que la pédagogie des opprimés implique la prise en compte radicale de tout homme et de tous les hommes et toutes les femmes comme sujets de leur histoire.

Ils revendiquent, dans cet ouvrage, une pédagogie qui sied aux oubliés de l’histoire, aux marginalisés, à ceux qui ne sont pas importants, aux pauvres, aux analphabètes, aux sous-structures d’oppression de tout genre, soulignant cette pédagogie  met l’homme débout dans son intégralité.

Selon ces écrivains, la conscientisation dont on parle dans cet ouvrage définit avant tout une Afrique mieux armée que l’Occident en vue d’affronter ces nouveaux défis et de construire un développement qui lui soit propre par et pour ses peuples.

Il ne s’agit pas, précisent-ils, d’idéaliser les cultures africaines qui sont diverses et en perpétuelle transformation, traversée par de contradictions, porteuses, comme toute culture d’espoir dans la vie d’une personne.

« Les peuples africains restent largement dépositaires de savoirs de valeurs de solidarité, de réciprocité et de complémentarité qui donnent sens et profondeur à la vie.  Nous en aurons bien besoin pour nous aider à repenser la société, à remettre l’économie à sa vraie et juste place, celle d’un moyen pour une vie digne », révèlent-ils.

Le choix de la pédagogie de la conscientisation

Selon ces auteurs, les conquêtes sociales, politiques, économiques, culturelles sont les fruits de lutte avec la     détermination des peuples, poursuivant que la population devra s’organiser pour avoir effectivement son mot à dire dans la conduite de différents secteurs de la vie, notamment la santé, l’éducation, l’énergie ainsi que l’agriculture.

Ces écrivains ajoutent que la « pédagogie des opprimés » mise au point depuis trente ans par le pédagogue brésilien Paulo Freire apparait comme la plus appropriée en fonction du projet  politique de la communauté, des enjeux et de contexte.

Cet ouvrage est reparti en huit points axés sur le choix de la pédagogie de la conscientisation, l’auteur de cette pédagogie Paulo Freire et de ses fondements, les expériences de mise en œuvre de par le monde, la méthodologie, le plan d’action participatif ainsi que sur l’évaluation participative.

« La pédagogie de la conscientisation » est le livre choisi pour le concours d’orthographe ‘’Une écriture sans Faute’’ organisé par l’Association des femmes journalistes de la presse écrite (ACOFEPE) en partenariat avec la délégation générale de la francophonie et la Monusco en marge de la journée internationale de la francophonie. ACP/ Kayu/DNM/KJI/JFM

Partagez cet article
  • 34
    Partages