16 concessions forestières sur les 60 de la RDC sont dans la province de la Tshopo

Kisangani, 06 mai 2019 (ACP).- Seize concessions forestières sur les soixante exploitées en RDC sont dans la province de la Tshopo, soit 26,6% des titres forestiers. Ces seize concessions couvrent une  superficie totale de 3.517 146 hectares, soit 31% de la superficie totale forestière concédée en RDC.

L’inspecteur forestier à la coordination provinciale de l’Environnement dans la province de la Tshopo, Baby Matata Mosilo, a révélé ces statistiques dans son intervention axée sur  « Bois industrie : état de lieux, défis et opportunités, zoom sur la province de la Tshopo », à la deuxième journée de la semaine scientifique organisée à Kisangani par le Centre de Recherche Forestière  Internationale CIFOR.

Baby Matata Mosilo a souligné que la production du secteur forestier de la Tshopo  en 2017 a été de 110 936 mètres cubes de grumes, soit 47% de la production nationale industrielle du bois d’œuvre. Plusieurs essences sont exploitées dans la Tshopo notamment le sapelli, l’acajou d’Afrique, l’iroko, le doussie, le bossé clair, le padouk, l’ébène et tant d’autres dont les deux essences protégées à savoir l’Afrormosia et le Bubinga, a-t-il ajouté.  Il a précisé que les seize concessions sont exploitées par des sociétés ou entreprises forestières reparties dans les territoires de Banalia, Ubundu, Basoko, Bafwasende Isangi, Yahuma et Opala.

Quelques défis et opportunités du secteur  industriel de bois dans la Tshopo

Les défis du secteur industriel de bois dans la Tshopo sont la superposition des titres, le déplacement des limites et la pratique d’autres activités que l’exploitation forestière, affirmé Baby Matata Mosilo dans son intervention. Ces défis sont la conséquence du non-respect des certaines dispositions  règlementaires, les irrégularités dans la fiscalité forestière et l’exportation de certaines essences à l’état brut, a-t-il  spécifié.

Cependant, les opportunités sont la création de l’emploi par l’utilisation d’une main d’œuvre locale, l’attraction des investisseurs ou opérateurs économiques et la contribution au budget tant national que provincial. La présence des forêts de productions permanentes, le plan d’aménagement forestier et le paiement des taxes concourent à l’existence de ces opportunités dans le secteur forestier industriel de la Tshopo. ACP/Kayu/GMM/Wet/KJI/JLL/CKM

Partagez cet article