Accueil par le peuple congolais à Kinshasa de la dépouille d’Etienne Tshisekedi

La quasi-totalité des journaux parus vendredi à Kinshasa fixent leur attention sur l’arrivée de la dépouille d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba dans la capitale congolaise.

Agence congolaise de presse (ACP) indique que la dépouille de l’ancien Premier ministre et président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Etienne Tshisekedi wa Mulumba, décédé le 2 février 2017 en Belgique, est arrivée jeudi à Kinshasa, à 19H20’ (heure locale), par  l’aéroport international de N’djili où un accueil chaleureux lui a été réservé par la population congolaise. Le média public ajoute, par ailleurs, qu’en dépit de ce décalage horaire, la suite du programme reste maintenue pour les journées de vendredi et samedi.

Sur le même sujet, Le Phare tourne son attention sur le testament politique d’Etienne Tshisekedi faisant savoir que le sphinx avait signé « le peuple d’abord ». Le confrère indique que, le Président Félix Tshisekedi s’entend interpeller par son peuple : « Papa alobaki le peuple d’abord !», où il se trouve ainsi rappeler à son devoir, celui d’exécuter le testament de son défunt père, un leader charismatique que le peuple s’apprête à accompagner à sa dernière demeure.

Le peuple d’abord !, rappelle le quotidien, ne signifie pas seulement un slogan, mais plutôt un projet de société de l’UDPS qui s’inscrit dans le droit fil du solidarisme dont le feu disparu fut un ardent défenseur.

L’ultime torture de Marthe Kasalu, la veuve d’Etienne Tshisekedi, commente encore Le Phare dans ses autres colonnes. Le confrère rappelle, en outre, que depuis 1979, année de la première relégation de son mari dans son village natal, sous le régime de Mobutu, pour avoir exigé une enquête parlementaire sur le massacre de plus de deux cents habitants de la localité de Katekelayi, dans la province du Kasaï Oriental, jusqu’en 2019, année du rapatriement du corps de l’illustre disparu dans la terre de ses ancêtres, sa vie n’a été qu’une succession de tortures morales et physiques.

L’ultime torture, ajoute le journal, qui l’a condamnée à deux années d’une longue et interminable attente pour l’organisation des funérailles du père de ses enfants, tout simplement à cause du passé politique de ce dernier.

Forum des As note de son côté sur les funérailles du porte étendard de l’UDPS, que les politiciens congolais (tous confondus) entre autres Katumbi, Bemba, Fayulu, Mbusa… et Matata ont rendu hommage au combat d’Etienne Tshisekedi. Pour Moïse Katumbi, “Son combat pour la démocratie, la liberté, la dignité nous inspire tous“. Matata Ponyo a souligné, pour sa part : “Le Premier ministre Etienne Tshisekedi a été la personnalité politique la plus nommée à cette haute fonction”, alors que Martin Fayulu a fait savoir : “Nous garderons de lui la force de ses convictions et son amour pour le peuple” et Jean-Pierre Bemba a tout simplement conclut : “Nous retenons de lui tout son combat pour la démocratie“, poursuit le confrère.

Le quotidien annonce, par ailleurs, que des artistes musiciens chrétiens et profanes vont agrémenter les trois jours de veillée mortuaire de l’ancien Premier ministre Etienne Tshisekedi, informant que selon le comité d’organisation des obsèques, plusieurs artistes ont répondu favorablement à l’invitation pour honorer la mémoire de l’illustre disparu, dont parmi eux, l’on cite Mbilia Bel, Manda Chante, Reddy Amisi, Félix Wazekwa, Werrason, JB Mpiana…

Quant au Potentiel, tout Kinshasa a été mobilisé pour l’accueil de la dépouille d’Etienne Tshisekedi. Dans la capitale congolaise, l’ambiance est partagée entre liesse et douleur. La liesse, parce qu’enfin, le sphinx de Limete pourra recevoir les hommages nationaux dignes de l’œuvre politique qu’il lègue à la postérité. La douleur, par le fait du grand marchandage politique qui a entouré le rapatriement de la dépouille d’Etienne Tshisekedi, depuis son décès en février 2017 en Belgique, argumente le quotidien.

La Prospérité s’exclame, d’un côté, sur la dépouille du Sphinx de l’UDPS : « Tous au stade de Martyrs pour rendre des hommages dignes et des adieux difficiles à Etienne Tshisekedi! ». De l’autre côté, la dépouille mortelle d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba a été réellement rapatriée au pays de ses ancêtres dans un cercueil, jeudi 30 mai 2019 précise la consœur, concluant que le Sphinx de Limete sera enfin inhumé  dignement, à l’instar de Nelson Mandela en Afrique du Sud, ce samedi 1er juin 2019, à Kinshasa.

Partagez cet article