Appel au terme des calvaires des femmes de Ngaliema pour accéder à l’eau potable

Kinshasa, 12 juin 2019 (ACP).- Les femmes de la commune de Ngaliema, particulièrement celles habitant le quartier Sanga Mamba ont appelé le gouvernement provincial, à travers un mémorandum déposé mardi au bureau de la municipalité, pour mettre un terme aux nombreuses difficultés qu’éprouvent leurs familles pour accéder à l’eau potable, a appris mardi l’ACP, de l’une des signataires du document.

Selon la source, l’accès à l’eau potable dans cette partie de la capitale est un véritable casse-tête à cause de l’absence des services appropriés destinés à l’approvisionnement de cette denrée rare. Dans quelques rares ménages par où sont passés ces services, les robinets sont toujours  à sec depuis plusieurs années  et sont devenus de simples objets du musée.

Les puits d’eau installés dans ce coin de la ville appartiennent aux privés qui, par leurs propres moyens, se sont organisés pour fournir à cette population une eau potable, a noté la même source.

Interrogé, M. Kevin Ndala, propriétaire de l’un des puits  a indiqué qu’il y a 5ans qu’il a creusé et amenagé son puit et se félicité en disant: «Je dois avouer que  dans ce coin de la commune de Ngaliema, la vente  d’eau de puits est une activité rentable même si la courbe des recettes journalières ou hebdomadaires demeure encore aléatoire  et variable, mais les chiffres en termes de revenu ne sont pas toujours constants. Néanmoins  la vente d’eau potable comparée avec d’autres petits commerces  me parait plus bénéfique».

Du côté des usagers, explique Mme Miradi, l’une des consommatrices,  l’initiative de ces privés est accueillie des deux mains. «Depuis qu’on a  creusé  ces puits,  nous avions poussé  un grand ouf de soulagement. Seulement, voilà  que  le prix fixé ne s’accommode toujours pas avec le faible budget de nos ménages. Débourser quotidiennement  200 à 400fc selon l’augmentation de la pression d’eau, pour acheter  25 litres, n’est pas toujours évident». «Par moment, cette valeur de la transaction  parait exorbitante, car le milieu prête à cela, a-t-elle dit déclarant encore « Nous demandons aux dirigeants du pays,  ceux – là même que nous avions voté, de penser à nous, de trouver des solutions à des situations  parfois inadmissibles que nous vivons ici  surtout  en matière d’approvisionnement en eau potable». ACP/Kayu/GMM/JLL

 

Partagez cet article