Appel de l’UCOFEM aux professionnels des médias de se détourner de la  corruption 

Kinshasa, 21 mai 2019 (ACP).- La directrice nationale de l’Union congolaise des femmes de médias (UCOFEM), Anna Mayimona a invité, mardi au cours d’un entretien avec l’ACP, les professionnels des médias de se détourner de la corruption qui gangrène leur secteur et d’opter pour la rémunération qui est un droit.

Mme Mayimona qui s’est exprimée dans le cadre de la clôture du mois dédié à la presse, a salué les récentes attitudes adoptées par les journalistes de certains médias qui ont osé briser la glace de la peur en  revendiquant publiquement leurs droits.

Elle a fait remarquer en outre que ces mouvements de prise de conscience doivent être généralisés et organisés afin que toute la corporation en bénéficie, surtout pour les futurs journalistes qui sont encore aux études.

S’agissant de la presse en général en RDC, la directrice nationale de l’UCOFEM s’est dite inquiète  pour l’avenir des professionnels des médias, car la corporation journalistique travaille dans des conditions socioprofessionnelles très difficiles, de fois sans outil de travail adéquat, sans contrat de travail, voire sans salaire.

La situation de précarité dans laquelle vivent la plupart des journalistes congolais  est restée inchangée, malgré quelques avancées sur le plan politique. Ils sont réduits presque à la mendicité en recevant des pots de vins qui les obligent quelque fois à faire fi de leur éthique et déontologie, a indiqué Mme Mayimona.

Elle a donc rappelé aux experts du micro et du stylo qu’ils sont le 4ème pouvoir, avant de les exhorter à accompagner le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo dans l’amélioration de leur condition salariale.

Un match de football entre les professionnels des médias des différents organes de presse

Dans le cadre de la clôture du mois dédié à la presse,  pour relier l’utile à l’agréable, l’UCOFEM a prévu un match de football le samedi 25 mai au stade municipal de Barumbu, entre les professionnels des médias des différents organes, notamment de la presse écrite, la presse en ligne, l’audiovisuelle et la radiodiffusion, a rapporté Mme Anna Mayimona.

Pour elle, à travers cette activité para professionnelle,  sa structure tient à renforcer les liens de solidarité qui caractérisent les professionnels des médias, soulignant qu’elle s’inscrit dans le cadre de la campagne de la promotion des droits des femmes et des filles lancée au mois de mars dernier.

Mme Jolie Tshidibi, journaliste à l’Agence congolaise de presse(ACP) et membre de l’UCOFEM, a salué la démarche de la structure qui, coûte que coûte, veut démontrer l’engagement de chacune de ses membres dans la lutte contre la corruption  en consolidant l’amour et  l’unité entre eux. ACP/ZNG/Wet/JFM  

 

 

 

 

 

 

                                    

 

.

Partagez cet article