Arrêt de travail à la DGI pour réclamer le paiement de la prime « Plus-value »

Kinshasa, 18 avril 2019 (ACP).-  Les agents et cadres de la Direction générale des impôts (DGI) ont observé jeudi à Kinshasa, en leur siège, dans la commune de la Gombe, un arrêt de service, en vue d’exiger le paiement de la prime de contentieux minimum garantie, appelée « Plus-value ». Ils appellent à l’ouverture des négociations avec le gouvernement particulièrement avec le ministre des Finances pour obtenir le paiement de cette prime qui, selon certaines indiscrétions, est estimée à 203 milliards de francs congolais.

«Les agents de la DGI attendent l’ouverture du dialogue avec le ministère de tutelle afin que cette prime soit payée, conformément à la loi», a déclaré le président ai de la Confédération démocratique du travail (CDT), Pierre Clavaire Mangwaya.

Selon M. Patrice Yangoba, membre de la délégation syndicale, la DGI a réalisé un dépassement budgétaire estimé à 35,5% par rapport aux assignations de l’exercice 2018, soit un taux d’exécution budgétaire de 135,5%, ajoutant que, c’est dans ce sens que les agents de cette régie financière revendiquent cette prime. «Cette prime doit être payée pour l’ensemble du personnel de la DGI à travers la République», a-t-il souligné.

La prime de plus-value est calculée au taux de 20% des réalisations assignées par le gouvernement. Le non-paiement de cette prime risque d’aboutir, selon les manifestants, au déclenchement d’une grève généralisée.

La délégation syndicale a, par ailleurs, rassuré la volonté des agents de reprendre le travail,  si le gouvernement s’engage sur la voie des négociations.

Le paiement de cette prime, a dit Patrice Yangoba, est une nécessité, car elle aura à motiver le personnel de la régie à maintenir le cap pour les assignations budgétaires de 2019, rappelant qu’une telle réalisation n’a plus été enregistrée de 2010 à 2017.

Signalons que ces manifestants ont tenu leurs discussions en dehors des installations de la DGI à cause de la présence de la police, dépêchée sur le lieu pour empêcher la tenue d’une séance travail de l’assemblée générale que le ban syndical avait convoquée. ACP/DNM/KJI/CKM

Partagez cet article