Burkina Faso-Niger : signature d’un accord transfrontalier entre les deux pays

Kinshasa, 12 juillet 2019 (ACP).-  Le Burkina Faso et le Niger viennent de procéder à la signature d’un accord  transfrontalier qui met l’accent sur le développement local des collectivités contiguës, révèlent les médias des deux pays.

Selon ces sources, cet accord est présenté comme un instrument de lutte contre l’insécurité et pour le développement. Il permettra, selon les deux ministres des Affaires étrangères, de dérouler de façon concertée et commune, des projets de développement de part et d’autres de la frontière entre les deux pays.

«C’est un accord qui vient réduire la frontière entre les deux pays, où  on retrouve parfois les mêmes populations et les mêmes langues des deux côtés de la frontière nigérienne et burkinabè», ajoutent ces sources.

Dans la pratique, deux ou plusieurs localités situées le long de la bande frontalière pourraient se mettre en ensemble pour former une association commune avec un statut juridique bien précis. Sur la base de ce regroupement, elles pourront rechercher des financements pour la mise en œuvre de leurs projets communs, signalent les sources.

Selon Alpha Barry, chef de la diplomatie burkinabè, c’est un accord de coopération dans différents domaines de la vie quotidienne des populations. Il concerne la sécurité, l’élevage, l’agriculture, l’environnement, la santé et l’éducation.

Sur le plan sécuritaire, ces populations nigériennes et burkinabè pourront mettre en place leur police de proximité. Cette police pourrait travailler, sans entrave, dans l’un ou l’autre pays le long de la frontière. «Il y aura la frontière mais on va faire comme s’il n’y a définitivement pas de frontière», relate ce technicien, rappelant les propos du ministre nigérien des Affaires étrangères. «Ce qui lie les deux pays dépasse les questions de frontière.»

Côté burkinabè, l’on rassure que plusieurs ministères concernés ont travaillé sur ce projet sous la houlette des commissions des frontières des deux états. «Nous voulons que la libre circulation des personnes et leur bien soit effective le long de la frontière», dit-on. ACP/DNM/May/Mpk

Partagez cet article