Des avancées significatives au centre de l’ouverture des travaux du 4ème sommet national de la SADC

Kinshasa, 18 juillet 2019(ACP).- Des avancées significatives sur le bilan des 10 axes du contenu du protocole genre et développement de la SADC étaient au centre de l’ouverture jeudi du 4ème sommet national du protocole de genre et développement de la SADC, représenté en RDC par l’Union congolaise des femmes de médias(UCOFEM).

Pour cette année, le thème est axé sur: «Voice and choice», la ministre du Genre, enfant et famille, Chantal Safou, a dans son mot d’ouverture fait le bilan des 10 axes sur le contenu du protocole genre et développement de la SADC aux quels il y a des avancées significatives, notamment les droits constitutionnels et juridiques.

En RDC les  instances  juridiques ont résolu les problèmes de la prise en compte de la dimension genre en matière de la production de droits de la femme, ils y ont intégré la notion de la lutte contre toutes les formes de discriminations à l’égard de cette dernière et de la considération de la parité homme-femme.

Le deuxième axe concerne la gouvernance,  la constitution de la RDC stipule en ses articles 13, 14 et 15 que les hommes et femmes ont les mêmes droits pour occuper les postes de décision à tous les niveaux, malheureusement la représentation des femmes n’a toujours pas atteint le quota de 50% recommandé par la SADC.

Le troisième met l’accent sur l’éducation et la formation ; le droit à l’éducation est garanti par la constitution aussi bien pour les garçons que pour  les filles, et enfin le quatrième  concerne l’accès à la santé.

Dans le cadre de l’élaboration de programme  d’action  de la SADC et  de la mise en œuvre de la résolution 60/2 des Nations Unies sur le droit des filles  et des enfants et le VIH/SIDA, le ministère du Genre, famille et enfant a mis en place, au niveau national, des programmes scientifiques PDDS ET PNMLS qui assurent  un  meilleur contrôle de l’ infection du VIH et par conséquent le nombre des personnes bénéficiant  du traitement par l’administration  des anti rétroviraux  connait une réelle augmentation. Elle a rappelé que la RDC est membre  de la SADC depuis sa création et a souscrit à tous les engagements de la communauté.

Par ailleurs, dans le cadre du protocole dont il est question, le gouvernement de  la République a mis en place des mécanismes des mises en œuvre et un cadre légalement élaboré avec des instruments juridiques régionaux et raison pour laquelle la délégation de la RDC est présente dans toutes les réunions techniques et ministérielles qui se tiennent périodiquement dans les pays membres en vue d’évaluer la mise en œuvre des recommandations formulées sur le protocole genre et développement de la SADC.

Elle a rappelé, il s’est tenu à Johannesburg et à Gaborone, en  2015 et 2016, des rencontres qui ont donné l’occasion de revisiter le protocole sur le genre et le développement en tenant compte des Objectifs du développement durable (ODD),  l’évaluation de Pékin et l’Agenda 2063 de l’UA et à la réunion de la SADC en charge  du genre et de la promotion de la femme tenue à Swaziland  en 2017, il a été décidé dans le cadre de ce même protocole qu’il soit publié de rapports en terme d’avancement du genre.

Elle a émis le vœu pour que les participantes à ces assisses restent attentives à la teneur et à l’importance des thématiques qui seront développés afin qu’elles bénéficient de la plus haute récompense, celle de participer au sommet de Genève d’autant plus que celui-ci est national, il prépare le sommet régional qui sera tenu en septembre prochain dans le cadre de 16 jours d’activismes.

 Ce sommet connait à part la présence de la ministre du Genre, enfant et famille, celles des membres de comité d’organisation, des femmes de l’UCOFEM, des jeunes candidats venus exposés leurs travaux et des médias locaux.  ACP/FNG/ZNG/MPK/Cfm

Partagez cet article