Genève : le défi de contenir Ebola en RDC au centre de l’Assemblée mondiale de la santé

Kinshasa, 22 mai 2019 (ACP).- Le ministre congolais de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, a confirmé mardi à Genève, en marge de la 72ème Assemblée mondiale de la Santé, la complexité de la situation de l’insécurité qui mine le combat contre Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, au Nord-Est de la RDC, rapporte le ministère de la Santé dans un communiqué parvenu mercredi à l’ACP.

D’une manière générale, tous les intervenants à cette Assemblée ont reconnu que le principal obstacle pour mettre fin à cette épidémie est le contexte sécuritaire et la violence contre les équipes de la riposte.

Le Dr Oly Ilunga a rappelé que, du point de vue de la santé publique, la maladie à virus Ebola n’est pas une maladie particulièrement difficile à contenir, surtout que le pays dispose actuellement d’un arsenal médical diagnostique, thérapeutique et préventif complet pour la première fois de l’histoire du virus.

Il a également souligné que pour briser la chaîne de transmission, il suffit de faire une série d’activités importantes autour des cas confirmés, morts ou vivants, en particulier la sensibilisation, les investigations épidémiologiques, la désinfection du ménage, la vaccination, le suivi des contacts et les enterrements dignes et sécurisés.

Pour le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, la flambée est toujours en cours, bien que les responsables de la lutte disposent des outils et des compétences nécessaires.

Il a affirmé que  « l’épidémie se poursuit parce que nous n’arrivons pas à avoir régulièrement l’accès aux communautés dans lesquelles il faut finir ce travail ».

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus qui s’est inquiété du « risque de propagation très élevé » d’Ebola en RDC, a souligné que « Jusqu’à maintenant, cette flambée ne s’est pas étendue au-delà de deux provinces ».

Selon le chef de l’OMS, cette flambée dans l’Est de la RDC est l’une des situations d’urgence les plus complexes jamais rencontrées par l’organisation au regard du nombre de nouveaux cas ayant augmenté au cours de dernières semaines.

« Nous luttons contre un des virus les plus dangereux au monde dans l’une des régions les plus dangereuses du monde », a-t-il dit aux Etats membres présents à la 72ème Assemblée de l’OMS, l’organe décisionnel suprême de cette agence spécialisée de l’ONU.

Tout en saluant le travail du gouvernement congolais pour contenir l’épidémie d’Ebola, la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique a présenté les avancées de la préparation régionale au cas où l’épidémie d’Ebola se propagerait en dehors de la RDC.

Aucun cas d’Ebola n’a été détecté à ce jour dans les pays voisins de la RDC grâce aux efforts du gouvernement congolais et des partenaires qui ont notamment examiné plus de 50 millions voyageurs aux différents postes de contrôle sanitaire installés à l’Est du pays, a-t-elle dit. ACP/Kayu/DNM/MayMay

Partagez cet article